THÉNARD Jean

Né le 14 mars 1849 à Alligny-en-Morvan (Nièvre) ; demeurant à Aubervilliers (Seine) ; boucher ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire. En 1867, il avait été condamné à un mois de prison pour coups et blessures, puis, en 1870, à quinze jours de prison pour vagabondage. Il avoua en outre une condamnation pour rixe et une condamnation pour « déménagement furtif » ; d’après le commissaire de police d’Aubervilliers, il aurait subi quatre condamnations dont une pour vol.
Pendant le 1er Siège, il fit partie d’une batterie d’artillerie mobile de la Seine ; licencié le 12 février 1871, il travailla jusqu’au 10 mai. Vers le 15 mai, il accepta d’être incorporé dans le 5e escadron des Éclaireurs de la Commune. Arrêté le 28 mai, il fut condamné, le 25 avril 1872, par le 22e conseil de guerre, à la déportation simple. Il arriva à Nouméa le 4 janvier 1875. Sa peine fut commuée en huit ans de détention (1876), et il rentra par le Navarin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article71625, notice THÉNARD Jean, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 3 septembre 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/804 et BB 27. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément