THIOLAT Jules

Né le 8 mars 1851 à Paris ; y demeurant, 22, rue du Figuier-Saint-Paul (IVe arr.) ; garçon boulanger ; communard.

Il était célibataire. Pendant le 1er Siège, il servit comme simple garde à la 4e compagnie de marche du 150e bataillon ; il continua son service sous la Commune de Paris. Envoyé au fort de Vanves, il y resta dix jours environ, revint à Paris, puis alla au lycée de Vanves et à Gentilly, du 19 au 24 mai. On l’arrêta à Ménilmontant, 28, rue des Amandiers.
Les renseignements recueillis sur son compte étaient bons. Il fut condamné, le 22 mars 1872, par le 13e conseil de guerre, à huit ans de détention et à la privation des droits civiques ; le 6 juin 1872, il vit sa peine commuée en cinq ans de prison avec privation des droits civiques. À peine arrivé à Landerneau (Finistère), il prit part au mouvement du 23 mai 1875 ; il eut ensuite une conduite très satisfaisante (rapport du directeur, 23 juillet 1876).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article71733, notice THIOLAT Jules, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 7 septembre 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/748.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément