THOMAS Henry

Militant de l’opposition républicaine stéphanoise sous le Second Empire — avec Pierre Boissonnet et Fontvieille.

Il fit partie du Comité de la démocratie radicale en 1869 ; emprisonné, il fut nommé, le 5 septembre 1870, par le nouveau préfet de la Loire, César Bertholon, président du Comité départemental désigné pour remplacer le conseil général. Boudarel et Bouzols étaient vice-présidents ; Abrial et Duvand, secrétaires. Thomas faisait partie du Comité central républicain de Saint-Étienne. Il mourut le 9 janvier 1871.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article71784, notice THOMAS Henry, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 10 septembre 2020.

SOURCE : L’Éclaireur de Saint-Étienne, passim.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément