THOUMIEUX Léonard

Ouvrier maçon originaire de Saint-Gilles-les-Forêts (Haute-Vienne) ; blanquiste ; communard, fusillé pendant la Semaine sanglante.

À la fin de l’Empire, il "limousinait" à Paris sur les chantiers d’Haussmann. Il demeurait à Paris au coin du faubourg Saint-Antoine.

Il participa à la journée du 22 janvier 1871. Il fut nommé, le 25 février, président du Comité de vigilance du Ve arrondissement qui avait son siège rue Pascal, siège aussi d’une loge maçonnique, et où il eut un rôle prépondérant. Il assista à la manifestation du 26 février et, de la terrasse des Tuileries, à l’entrée des Prussiens le 1er mars. Le 3 il fut à la réunion du Tivoli-Vauxhall où se constitua le Comité central provisoire de la Garde nationale et assiste à son installation le 6 mars à la Corderie.

Le matin du 18 mars, il sonna le tocsin à l’église Saint-Marcel. Il réveilla Jourde, qui n’avait rien entendu et se rendit rue Pascal. Le 3 avril, il se battit à Châtillon. Le 10 avril, il dîna dans un restaurant de la rue des Petits-Champs avec Vuillaume et Rossel. Le 12, rue Pascal, il mit Cluseret en accusation devant le Comité de vigilance. Le 25, lors de la trêve de Neuilly, il y fut envoyé comme commissaire, s’installa au 132 de l’avenue de Neuilly et rentra le soir à Paris. Le 27, il assista à la réunion des francs-maçons au Châtelet. Le 14 mai, il prit part avec les Limousins à la grande réunion des citoyens des départements au cirque Napoléon. Le 16, il était présent lors de la chute de la colonne Vendôme.
Il se battit sans discontinuer sur la barricade de la rue Saint-Antoine le 24 et le 25 mai. Pris le 26, les armes à la mai, il fut fusillé le 26 mai à l’angle de la rue Crozatier. Un colonel voulant le faire fusiller sur un tas d’ordures, il protesta : "Je me suis battu bravement. J’ai le droit de ne pas mourir dans la merde".

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article71815, notice THOUMIEUX Léonard, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 12 septembre 2020.

SOURCES : Notes de Francis Masgnaud. — Notes de M. Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément