TIMON Antoine, Marie

Né le 14 février 1820 à Lyon ; y demeurant, 2, rue Saint-Jean ; employé de commerce ; militant républicain ; participant à la Commune de Lyon.

Le 4 septembre 1870, au moment de l’effondrement de l’Empire, il occupa avec un groupe de travailleurs l’Hôtel de la police, rue Luizerne (actuelle rue Major-Martin) et y installa un comité de sûreté générale qui se chargea d’établir une nouvelle légalité et d’épurer le personnel administratif et policier des éléments bonapartistes.
Nombre des membres de ce comité rallièrent après le 15 septembre 1870 le Comité central fédératif qui, avec le Comité de Salut de la France, organisé par Bakounine, tenta un coup de main sur l’Hôtel de Ville de Lyon (28 septembre 1870).
Le 3 octobre 1874, au temps de l’Ordre moral, Timon fut condamné par le 1er conseil de guerre de la 14e division militaire à cinq ans de prison, peine qui se confondit avec les trois ans auxquels il avait été précédemment condamné le 28 novembre 1872. On lui reprochait 62 arrestations alors qualifiées d’illégales.
Sa personnalité prête à discussion et O. Testut ne se priva pas de le qualifier de « piqueur d’once » et de « failli », car il eut à répondre en justice, avant les événements de 1870, de ces deux accusations.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article71850, notice TIMON Antoine, Marie, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 13 septembre 2020.

SOURCE : Arch. Dép. Rhône, série R, conseil de guerre de 1874, registre des jugements et dossiers individuels correspondants.

Version imprimable Signaler un complément