TISSOT Joseph

Né le 18 août 1841 à Gilly-sur-Isère (Savoie) ; garçon de cuisine ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

« Paraissant être célibataire », selon la police. Pendant le Siège, il se trouvait à l’hôpital du Midi. À sa sortie, il se fit incorporer, le 23 mars 1871, aux Vengeurs de Paris, 2e bataillon fédéré. Il se trouva à des barricades. On l’arrêta à Belleville le 28 mai.
« Casier judiciaire : néant. Renseignements peu connus ». Condamné, le 10 avril 1872, par le 17e conseil de guerre, à la déportation simple, il arriva à Nouméa le 5 novembre 1872. Il obtint la remise de sa peine le 15 janvier 1879 et rentra par le Var.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article71877, notice TISSOT Joseph, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 14 septembre 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/839. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément