TRAYAUD Jacques

Né le 3 août 1842 à Magnat-l’Étrange, arr. d’Aubusson (Creuse) — pas d’acte de naissance applicable ; maçon ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Célibataire, il vivait en concubinage avec une « femme de bas étage ». Pendant le Siège et la Commune de Paris, il servit comme simple garde à la 2e compagnie de marche du 183e bataillon. Blessé le 2 mai 1871, au fort de Vanves, il fut soigné à l’ambulance du Gros-Caillou ; on l’arrêta le 22 mai.
Condamné, le 4 mai 1872, par le 8e conseil de guerre, à la déportation simple, il arriva à Nouméa le 4 mai 1873. Il obtint la remise de sa peine le 14 février 1878 ; l’obligation de résider fut levée le 15 janvier 1879. Resta-t-il sur place, ou revint-il ultérieurement ? Il mourut en tout cas le 24 août 1918 à la presqu’île Ducos.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article71990, notice TRAYAUD Jacques, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 18 septembre 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/768. — Arch PPo., listes d’amnistiés. — Notes de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément