TREMBLAY Louis, Isidore

Né le 4 février 1836 à Verneuil-sur-Avre (Eure) ; demeurant à Paris, 14, cité Popincourt (XIe arr.) ; comptable ; communard.

Il était veuf, sans enfant. Ancien militaire, il était garde à la 4e compagnie du 57e bataillon. Il entra, le 24 mars 1871 — pour ne pas faire de service actif, dit-il — à l’état-major de la place de Paris en qualité d’adjudant. Nommé capitaine adjudant-major, un mois plus tard, à l’état-major général, il fut chargé de la direction du personnel du pavillon de l’Horloge. Il aurait refusé, le 22 mai, d’obéir aux ordres du Comité central qui voulait l’envoyer en mission ; incarcéré à la Roquette dans la nuit du 22 au 23, il y serait resté jusqu’au 27 ; on l’arrêta chez lui le 22 juin.
On ne recueillit sur lui aucun mauvais renseignement : toutefois, il était signalé comme ayant des idées exaltées. Il fut condamné, le 17 octobre 1871, par le 9e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée et à la privation des droits civiques ; il n’obtint que des notes médiocres en déportation. Le 6 juillet 1872, il vit sa peine commuée en déportation simple ; remise totale lui fut faite le 15 janvier 1879.

Il y a certainement identité avec Louis, Isidore Tramblay.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article71999, notice TREMBLAY Louis, Isidore, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 18 septembre 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/757.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément