TROUSSEVILLE Eugène, Félix

Né le 20 avril 1834 à Saint-Clair-sur-Epte (Seine-et-Oise) ; demeurant à Paris, rue du Faubourg-Saint-Denis (Xe arr.) ; employé ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, père d’un enfant. Ancien caporal dans un régiment de sapeurs pompiers à Paris, il avait été libéré avec un certificat de bonne conduite.
Capitaine au 149e bataillon de la Garde nationale, pendant le 1er Siège, il continua son service sous la Commune de Paris ; le 30 avril 1871, il devint chef de bataillon.
On l’arrêta en septembre 1873 à la suite d’une condamnation par contumace à la déportation dans une enceinte fortifiée. Il fut condamné, le 30 septembre 1873, par le 4e conseil de guerre, à la déportation simple. Le 28 février 1877, il vit sa peine commuée en huit ans de détention ; il obtint la remise du reste le 19 juillet 1878 et rentra par le Tage.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article72070, notice TROUSSEVILLE Eugène, Félix, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 20 septembre 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/796 (De l’île des Pins, il écrivit plusieurs lettres, demeurées au dossier, à des « amis chéris » — sa femme et son fils ? : 16 janvier 1876, 12 février 1876, 11 mars 1876, 8 avril 1876). — Arch. Nat., BB 27. — Arch. Min. Guerre, 4e conseil (n° 1323). — Arch. PPo., listes de contumaces.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément