PAIRAUDEAU Émile, Armand

Né le 2 novembre 1889 à Belleville-sur-Vie (Vendée) ; cheminot ; syndicaliste CGTU, CGT puis indépendant et militant communiste de Seine-Inférieure [Seine-Maritime] et d’Eure-et-Loir.

Fils d’un journalier, Émile Pairaudeau, expéditionnaire aux chemins de fer de l’État à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) devint secrétaire de son syndicat en juin 1920, tous les membres du bureau ayant été révoqués après la grève de mai. Membre du Parti communiste, réélu secrétaire en 1921, il prit la tête du syndicat unitaire après la scission. Reconduit secrétaire adjoint de la Fédération des cheminots en 1923, il fut condamné le 15 janvier 1925 pour atteinte à la sûreté de l’État et propagande antimilitariste, il quitta la Seine-Inférieure pour l’Eure-et-Loir. Il devint membre suppléant du Comité central du PC (son nom est orthographié Peireaudeau ou Payraudeau) lors du congrès de Clichy (janvier 1925).

Après deux ans « d’exil », il retrouva son poste aux chemins de fer de Sotteville et fut réélu en 1926 secrétaire du syndicat CGTU. Il conserva cette responsabilité en 1927 et 1928 puis rejoignit le groupe de la Révolution prolétarienne provoquant une véritable scission syndicale. Après avoir tenté de former un groupe communiste indépendant, il rallia la CGT en 1931 et fut élu secrétaire à la propagande. Secrétaire adjoint jusqu’à la fusion syndicale de décembre 1935, il semble avoir abandonné ensuite toute activité militante.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article7225, notice PAIRAUDEAU Émile, Armand, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 19 novembre 2008.

SOURCES : Arch. Nat., F7/13668 et 13681. — Arch. Dép. Seine-Inférieure, 10 MP 1410, 1 MP 285. — État civil de Belleville-sur-Vie.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément