VANDENSANDE Édouard, Charles, Auguste

Né le 16 avril 1820 à Anvers (Belgique) ; demeurant à Paris, 21, rue Bargue (XVe arr.) ; sculpteur ; communard.

Il était marié, sans enfant ; sujet belge, il habitait à Paris depuis 1843 et était marié avec une Française. En 1848, il s’était enrôlé dans la garde mobile.
Pendant le 1er Siège, il appartint à la 6e compagnie du 47e bataillon de la Garde nationale. Membre du conseil de famille de sa section et inspecteur du génie civil, il était chargé de préserver le quartier de Vaugirard (XVe arr.) des incendies allumés par le feu de l’ennemi et il obtint un brevet de dévouement patriotique du Gouvernement de la Défense nationale. Le 47e bataillon ne fit, sous la Commune de Paris, qu’un service d’ordre et de police à l’intérieur de Paris. Mais Vandensande fut de ceux qui tentèrent d’« obtenir son adhésion à la Fédération de la Garde nationale et à l’autorité du Comité central ».
Condamné, le 5 janvier 1872, par le 13e conseil de guerre, à dix ans de bannissement, à dix ans de surveillance et à la privation des droits civiques, il obtint la remise de sa peine le 15 janvier 1879. Voir Zingé F.
Aussitôt après sa condamnation, Vandensande retourna en Belgique. Il se fixa d’abord à Anvers, puis à Bruxelles. En 1879, il manifestait le désir de revenir en France.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article72254, notice VANDENSANDE Édouard, Charles, Auguste, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 29 septembre 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/780, n° 11418, S 72. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Arch. Min. Aff. étrang. Belgique, 119 II. — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Belges ralliés à la Commune de Paris, Bruxelles, Ferraton, 1985. — Notes de M. Cordillot.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément