VAN DE WALLE Florence

Née le 28 octobre 1838 à Berchem (près d’Oudenaarde, Belgique) ; journalière ; communarde.

Venue très jeune en France, Florence Van de Walle habita Angers (Maine-et-Loire) jusqu’à l’âge de 17 ans. En 1868, elle vivait à Paris, 17 rue St-Jacques en concubinage avec un nommé Baruteau ; en 1871, elle vivait en compagnie d’un nommé Bled, 10, rue Boulard, puis 5, passage Chausson, sous le faux nom d’Amélie Maison.
Elle servit la Commune de Paris en qualité d’ambulancière au 107e fédéré commandé par Brunel. Elle fut accusée d’avoir participé aux incendies allumés par ce bataillon pour couvrir sa retraite durant la Semaine sanglante. Deux fois blessée dans la journée du 23 mai 1871, elle fut arrêtée le samedi 27, et emmenée à Satory.
Considérée par la justice militaire comme l’archétype de la « pétroleuse », Florence Van de Walle fut condamnée le 16 avril 1872 par le 4e conseil de guerre aux travaux forcés à perpétuité. Incarcérée à la centrale d’Auberive (Haute-Marne), elle ne bénéficia pas de la première loi d’amnistie en 1879. Sa peine fut toutefois ramenée à 15 ans de détention le 15 novembre de cette même année.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article72272, notice VAN DE WALLE Florence, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 28 septembre 2020.

SOURCES : F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Belges ralliés à la Commune de Paris, Bruxelles, Ferraton, 1985. — Notes de M. Cordillot.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément