PALUSSIÈRE Albert [Dictionnaire Algérie]

Par Louis Botella

Secrétaire puis secrétaire général adjoint de l’Union FO des cheminots d’Algérie (1952-1960).

Albert Palussière représenta le syndicat d’Ancenis (Loire-Inférieure) au congrès de 1938 de la Fédération CGT des cheminots. Après la Seconde Guerre mondiale, affecté dans la zone de Paris-Saint-Lazare, il participa, au début de 1948, à la création de Force ouvrière. Lors du congrès de l’Union Ouest qui se tint en mars 1950 au Mans, Albert Palussière fut élu membre suppléant du conseil national de la Fédération FO des cheminots, au titre de l’union. Il représenta son syndicat au congrès confédéral de 1950 de la CGT-FO. Il obtint sa mutation pour l’Algérie en 1951 ou au tout debut de l’année suivante. En mars 1952, au congrès de l’Union FO d’Algérie, il devint secrétaire de celle-ci. Lors du congrès suivant, en mars 1954, il remplaça Jean Francheschi au poste de secrétaire général. En novembre de la même année, il fut désigné par Force ouvrière pour siéger au conseil du réseau des Chemins de fer algériens. En novembre 1960, Jean Francheschi lui succéda à la fonction de secrétaire général de son union. On ignore les raisons cette nouvelle permutation.
Lors du conseil national de la fédération, les 9 et 10 juin 1955, Albert Palussière intervint longuement à la tribune sur la question algérienne en posant « très nettement la question de l’égalité des droits et des devoirs. Certes en 1947, l’Algérie a été dotée d’un statut mais il n’est appliqué que très partiellement. Une grande misère règne en Algérie, notamment parmi le prolétariat agricole... » Il condamna le terrorisme d’où qu’il vienne et signala le sort peu enviable des cheminots isolés. Il réclama pour eux une protection efficace. « ... Il est encore possible de redresser la situation mais pour cela il faut réaliser d’urgence les indispensables réformes qui mieux que la répression rameneront le calme... » Il souhaita « plus de justice et de liberté dans une Algérie vraiment française... »
Au plan interprofessionnel, il fut également membre de la commission exécutive de l’Union départementale FO d’Alger. Quelles furent ses activités et responsabilités syndicales après son raptriement en 1962 et sa réintégration à la SNCF ? Elles furent probablement très réduites. En mai 1972, sa présence fut signalée lors du congrès de l’Union FO des Services centraux de la SNCF.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article7241, notice PALUSSIÈRE Albert [Dictionnaire Algérie] par Louis Botella, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 17 août 2015.

Par Louis Botella

SOURCES : Arch. Fédération FO des cheminots. — Compte rendu du congrès de 1938 de la Fédération CGT des cheminots. — Le Rail syndicaliste, 1950-1956, mai 1972. — Comptes rendus des congrès confédéraux de 1950, 1954 et 1956 de la CGT-FO. — Force Ouvrière Hebdo, 9 février 1956. — Notes de Marie-Louise Goergen. — Louis Botella, FO chez les cheminots..., op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément