VEJUX François, Alfred

Par Pierre-Henri Zaidman

Né le 20 mars 1834 à Paris ; opticien ; domicilié à Paris au 6, rue Maubué (IIIe arr.) ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Véjux s’engagea après le 18 mars 1871 pendant la Commune de Paris dans les Turcos de la Commune, il combattit à Issy, aux fortifications de Passy sur le bois de Boulogne et à diverses barricades dans Paris ; il fut arrêté le 10 août 1872.
Le rapport d’instruction lui était particulièrement défavorable : « Paresseux et vagabond, son casier judiciaire brûlé le 26 mai 1871, porte deux condamnations postérieures à cette date. Il n’a fait aucun service pendant la guerre mais dès le début de la Commune il s’empressa de se faire incorporer dans un corps tout dévoué à cette cause ». Il fut condamné, le 10 août 1872, par le 6e conseil de guerre, à la déportation simple, pour faits insurrectionnels. Détenu à Quélern, il embarqua sur le Var le 28 septembre 1872 et arriva à l’île des Pins le 9 février 1873. Sa peine fut remise le 15 janvier 1879 et il rentra par le Navarin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article72410, notice VEJUX François, Alfred par Pierre-Henri Zaidman, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 8 septembre 2020.

Par Pierre-Henri Zaidman

SOURCES : Arch. Min. Guerre, GR 8 J 226 (595) et GR 8 J 558. — ANOM, COL H 103. — Arch. Nat., BB 24/840. — Arch. PPo., listes d’amnistiés.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément