VERSPEELT Bruno (ou VERSPALT Bruno)

Né le 22 décembre 1826 à Huysse (actuellement Huise, Belgique) — Voir Zingé F. ; demeurant à Paris, rue de Tlemcen (XXe arr.) ; cordonnier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, sans enfant. Capitaine dans une compagnie de marche du 80e bataillon de la Garde nationale, il prit part, au début d’avril 1871, aux opérations menées du côté du Mont-Valérien. Le Cri du Peuple du 9 mars le signala pour sa belle attitude au Pont-de-Sèvres et à Rueil. Du 10 au 20 avril, il occupa le séminaire d’Issy. Il fut envoyé à Neuilly le 3 mai, pour une dizaine de jours ; après le 19 mai il fit le service des barricades, notamment le 27 mai rue des Panoyaux (XXe arr.).
Les renseignements recueillis sur lui n’étaient pas mauvais. Condamné, le 10 novembre 1871, par le 15e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée, il arriva à Nouméa le 28 septembre 1873. Il obtint la remise de sa peine le 15 janvier 1879 et partit pour la Nouvelle Zélande. Il arriva à Auckland en février 1880. Voir Hocquard A.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article72532, notice VERSPEELT Bruno (ou VERSPALT Bruno), version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 17 novembre 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/751. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Arch. Min. Aff. étrang. Belgique, 119 II. — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Belges ralliés à la Commune de Paris, Bruxelles, Ferraton, 1985. — Notes de M. Cordillot et de L. Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément