VILLETON Joseph

Réfugié à Genève après la défaite de la Commune, il tint un magasin de parfumerie (cf. L. Descaves, Philémon..., op. cit., p. 303).
Il fut un des 54 « proscrits de la Commune » qui signèrent l’adresse Au citoyen Garibaldi, 4 pages imprimées, Genève, 27 janvier 1875 (Archives Claris IFHS).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article72713, notice VILLETON Joseph, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 3 février 2020.
rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément