VIVIER Jacques, André, Antoine

Né le 23 décembre 1841 à Pouillé (Vendée) ; demeurant à Paris, 48, rue de Flandre (XIXe arr.) ; charpentier ; communard.

Il était célibataire. Pendant le 1er Siège, il était chef d’un chantier du génie, en tant que volontaire. Libéré en février 1871, il servit la Commune de Paris, dans les derniers jours d’avril dit-il, comme simple garde à la 10e compagnie du 2e bataillon du génie. Il fut nommé lieutenant faisant fonction de capitaine, et plus tard capitaine en titre. Il ne prit plus part à la lutte à partir du 24. On l’arrêta le 4 juin à Joinville-le-Pont (Seine).
Les renseignements recueillis sur lui étaient bons ; seule sa moralité n’était pas exempte de reproches. Vivier fut condamné, le 28 décembre 1871, par le 10e conseil de guerre, à cinq ans de détention et à la privation des droits civiques. En 1872, il était détenu à Port-Louis (Morbihan). Il obtint une remise d’un an le 16 novembre 1875 et la surveillance de la police fut levée le 11 août 1877.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article72837, notice VIVIER Jacques, André, Antoine, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 21 octobre 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/750 et BB 24/770 (Port-Louis, 14 septembre 1872).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément