VOCORET Victor, Chrysostome

Né le 27 juillet 1842 au Pré-Saint-Gervais (Seine) ; demeurant à Paris ; mineur argileur ; communard.

Il était célibataire, père de trois enfants naturels reconnus. Pendant le 1er Siège, il était sergent dans la 1re compagnie de marche du 127e bataillon de la Garde nationale ; après l’armistice, il recommença à travailler comme garçon couvreur ; vers le 10 avril 1871, il reprit son grade au même bataillon. Le 10 ou le 12 mai, il alla à Malakoff ; il rentra à son domicile le 21 mai et prétendit n’avoir pris aucune part à la lutte dans Paris.
Les renseignements recueillis sur lui étaient peu favorables (selon la police) : dangereux et très exalté. D’après des certificats d’habitants de son quartier, il était paisible et bon travailleur. Il fut condamné, le 27 mars 1872, par le 25e conseil de guerre, à cinq ans de détention. Sa conduite laissa beaucoup à désirer au début, puis s’améliora sensiblement à partir de juin 1874. « Il y a lieu d’accorder la remise du reste de sa peine », écrivait le directeur de Belle-Île dans un rapport du 27 juin 1876 ; il l’obtint le 11 août suivant.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article72843, notice VOCORET Victor, Chrysostome, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 21 octobre 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/751.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément