VOLAIRE Émmanuel

Né le 1er juillet 1834 à Marseille (Bouches-du-Rhône) ; doreur sur bois ; participant à la Commune de Marseille.

Émmanuel Volaire habitait Marseille au 11, rue Porte. Il était marié et père de deux enfants.

Le 4 avril 1871, jour où l’insurrection marseillaise fut vaincue, Volaire, qui passait pour avoir des opinions avancées et qui était lieutenant de la Garde nationale, prit les armes et parcourut quelques rues de la ville à la tête de sa compagnie, en dépit des ordres reçus.

Il fut arrêté le 8 juillet 1871 et conduit au Château d’If. Interrogé, il déclara que le 4 avril, il n’avait assisté au mouvement insurrectionnel qu’en amateur. Son fusil était d’ailleurs orné d’une feuille de rameau. Les soldats qu’il menait se dispersèrent, ajouta-t-il, au premier coup de canon. Il affirma ensuite être rentré chez lui pour s’occuper de son déménagement. Les juges du conseil de guerre ne furent pas convaincus par ses déclarations car des témoins affirmèrent que dans la matinée du 4, un groupe d’environ cent cinquante soldats fatigués, étourdis par la boisson et détournés de leur devoir, avec à leur tête Pérronin et Volaire en tenue de garde national, déambulait dans les rues, se faisant acclamer par la foule aux cris de « Vive Paris ! ».

Malgré des témoignages contredisant l’accusation, le 1er conseil de guerre de Marseille le condamna, le 22 juillet 1871, à cinq ans de prison au motif qu’en incitant les soldats, dont il assumait le commandement, à abandonner leur drapeau, Volaire s’était rendu coupable des faits qu’on lui reprochait. Sa peine fut commuée le 16 mars 1872 en deux ans de prison et cinq ans de privation des droits civiques. Il n’avait subi antérieurement aucune condamnation et avait la réputation d’être un honnête homme.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article72868, notice VOLAIRE Émmanuel, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 15 septembre 2022.

SOURCES : Arch. Dép. Bouches-du-Rhône, 2R 314 et 2 R 52 (jugement n°66, registre d’ordre n°11027). — Arch. Nat., BB 24/733. — Gazette des Tribunaux, 12 et 26 juillet 1871. — Le Petit Marseillais, 21, 22 et 23 juillet 1871. — Notes de P.-H. Zaidman.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément