WALTER Eugène

Né le 14 avril 1849 à Scherwiller (Bas-Rhin) ; demeurant à Levallois-Perret (Seine), 31, rue Gravelle ; cocher ; communard.

Il était célibataire. Volontaire pour la durée de la guerre, il se trouvait dans le corps des Francs-Tireurs de Neuilly. Versé au 45e régiment de ligne et licencié le 25 mars 1871 à Chambéry (Savoie), il rentra à Paris au début d’avril, travailla une dizaine de jours, puis entra comme simple garde à la 4e compagnie de marche du 132e bataillon fédéré. Ce bataillon prit une part active aux affaires d’Asnières et du pont de Neuilly. Walter fut fait prisonnier à Belleville le 28 mai.
Les renseignements recueillis sur son compte étaient bons. Condamné, le 15 mai 1872, par le 3e conseil de guerre, à la déportation simple, il vit sa peine commuée le 5 décembre 1872 en cinq ans de prison avec privation des droits civiques. Note de Landerneau (Finistère) en date du 11 juillet 1876 : Arrivé le 6 juillet 1873 ; jusqu’au 30 avril 1875, Walter ne subit que quelques punitions, puis il fut un de ceux qui jetèrent le trouble dans l’établissement pendant dix ou douze jours. Depuis quinze mois, bonne conduite : « sentiments de soumission et de repentir ». Le 2 août 1876 il obtint la remise du reste de sa condamnation.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article72916, notice WALTER Eugène, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 23 octobre 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/749.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément