WEBER Victor, ou VEBER Victor

Né le 1er novembre 1840 à Commercy (Meuse) ; demeurant à Paris, rue de la Félicité (XVIIe arr.) ; cimentier ; communard.

Il était célibataire. Il avait été condamné en 1859 à quatre mois de prison pour vol.
Ancien militaire, il s’engagea dans un corps franc au moment de la guerre contre la Prusse. Fait prisonnier à Sedan (Ardennes), il s’échappa, et, pendant le Siège de Paris, il fut nommé lieutenant dans une compagnie de marche du 223e bataillon de la Garde nationale. Il conserva ce grade sous la Commune jusqu’au 15 avril 1871, et démissionna alors : une lettre de démission figure, en copie, au dossier : « Mon commandant, veuillez accepter ma démission de lieutenant, car je ne veux pas participer à l’insurrection de Paris. De plus, je suis de la Lorraine, vous ne pouvez me forcer à marcher ». Jusqu’à l’entrée des troupes, il aurait été occupé dans un débit de vins tenu rue Lemercier (XVIIe arr.) par une demoiselle Picot, sa fiancée. En juillet, il se serait rendu à Commercy pour s’y marier ; on l’arrêta ce même mois.
Condamné, le 23 mars 1872, par le 11e conseil de guerre, à la déportation simple, il vit sa peine commuée le 10 septembre 1872 en un an de prison avec privation des droits civiques.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article72965, notice WEBER Victor, ou VEBER Victor, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 25 octobre 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/750.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément