WILMANN Aloïse

Né le 25 décembre 1834 à Châtenois (Bas-Rhin) ; tisserand ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Ancien militaire, il avait été rappelé sous les drapeaux lors de la guerre contre la Prusse et incorporé au 86e régiment de marche. Libéré le 23 mars 1871, il revint à Paris et, le 7 avril, entra comme simple garde dans la 2e compagnie de marche du 187e bataillon. Le 13 mai, il fut blessé par un éclat d’obus à Vanves. Fait prisonnier près de Châtillon, il fut condamné, le 4 mars 1872, par le 7e conseil de guerre, à la déportation simple ; le 9 octobre 1872, il vit sa peine commuée en cinq ans de prison avec privation des droits civiques ; il était déjà en mer au moment de sa commutation de peine, et arriva à Nouméa le 5 novembre 1872. Il rentra par le Navarin en 1876.

Aloïse Wilmann vivait à Paris, avenue Montaigne (VIIIe arr.), et était célibataire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article73019, notice WILMANN Aloïse, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 27 octobre 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/774 et BB 27. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément