ZIMMERMANN François

Né le 1er septembre 1821 à Saint-Avold (Moselle) ; tourneur en faïence ; communard.

Demeurant à Paris ; veuf, père de trois enfants. Ancien sous-officier, il avait été nommé capitaine dans une compagnie de marche lors du 1er Siège. Au début de février 1871, il fut élu adjudant-major au 101e bataillon de la Garde nationale ; il aurait cessé son service le 18 mars, mais, le 1er avril, fut obligé de le reprendre. Fin avril, il alla au fort de Bicêtre où il resta huit jours, puis à Gentilly et à Arcueil-Cachan. Il rentra à Paris le 19 mai, se réfugia chez lui et n’en sortit que le 27 mai. Arrêté à son domicile quelques jours après, il fut condamné, le 18 octobre 1871, par le 11e conseil de guerre, à cinq ans de détention.
Emprisonné un temps à Clairvaux (Aube), il refusa le travail et, en même temps que lui, environ soixante-dix de ses camarades ; il maintenait son refus en septembre 1872 (cf. BB 24/770). Ce même mois, il vit néanmoins sa peine commuée en trois ans de prison avec privation des droits civiques ; elle lui fut remise le 25 juillet 1874.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article73121, notice ZIMMERMANN François, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 31 octobre 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/750.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément