BASTIA

Militant socialiste puis communiste de Choisy-le-Roi (Seine, Val-de-Marne).

Militant socialiste de Choisy-le-Roi, Bastia signa la motion Cachin-Frossard avant le congrès de Tours (décembre 1920).

Un Marcel, Ferdinand Bastia, commis métreur, domicilié 3, rue Paul Carle à Choisy-le-Roi en décembre 1921 pourrait être le même homme. Il était né le 31 octobre 1896 à Nîmes (Gard) de Marius, Benjamin Bastia, peintre, et d’Eulalie, Eugénie Deschanel. Avant de vivre à Choisy, il avait habité Paris au 15, rue Eugène Gibez (XVe arr.). Il fut mobilisé du 19 août 1916 au 22 juin 1919 pour la Première guerre mondiale, passant successivement dans les 106e, 70e et 93e régiments d’infanterie. Soldat de 1ere classe, il fut blessé le 31 mai 1917 à Hartennes (Aisne) par une balle qui lui fractura l’humérus droit. Cette blessure eut des séquelles sur le long terme en diminuant sa capacité de préhension. A partir de juin 1923 il toucha une pension de 360 F.
En septembre 1939, il vivait rue Marius Aufan à Levallois-Perret. Il fut à nouveau mobilisé le 15 septembre 1939 au dépôt d’infanterie 211. On ignore ce qu’il devint par la suite.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article73164, notice BASTIA, version mise en ligne le 7 août 2009, dernière modification le 20 octobre 2021.

SOURCES : l’Humanité, novembre 1920. — Arch. Dép. Gard, État civil de Nîmes, Naissances, 1896, Acte n°1280, 5 E 6730. — Arch. Paris, État signalétique : BASTIA Marcel, Ferdinand, Matricule 4077, D4R1 1928. — Notes de Renaud Poulain-Argiolas.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément