GEMINDER Fritz (Bedrich). Pseudonymes : FRIEDRICH, GERHARD, KRAMER, FRITZ.

Par Mikhail Narinski

Né le 19 novembre 1901 à Vitkovitz (région de Moravska-Ostrava, Autriche-Hongrie), exécuté fin 1952 à Prague ; journaliste ; permanent du Parti communiste de Tchécoslovaquie et de l’Internationale communiste, chef du département de presse du Comité exécutif de l’Internationale communiste de novembre 1939 à juin 1943.

Fils d’un petit commerçant d’origine allemande, Fritz Geminder commença des études dans une école technique puis les interrompit. En 1919, il adhéra à l’Union des jeunesses socialistes libres à Berlin et en organisa l’activité illégale en Allemagne et en Autriche. Arrêté à Berlin en 1920 puis à Vienne en 1921, il fut expulsé d’Allemagne et d’Autriche. Il fut membre du Parti communiste de Tchécoslovaquie à partir de 1921. Jusqu’en 1925, il remplit la fonction de secrétaire des organisations de la Jeunesse communiste dans diverses régions. Puis, membre du comité central (comité central) de la Jeunesse communiste, il représenta aussi la JC auprès du bureau (« Politbureau ») du PC de Tchécoslovaquie de 1925 à 1930.

Il vécut à Moscou de 1926 à 1930 en tant que membre du Comité exécutif de l’Internationale communiste des Jeunes et chef du département de l’agitation et de la propagande du Présidium du CE de l’ICJ. Après 1928, il fut aussi membre suppléant du Secrétariat du CE de l’Internationale communiste. C’est au cours de sa période moscovite qu’il publia une série d’articles dans la presse soviétique et dans la revue Kommunistische Jugend intermationale. Il publia aussi les brochures suivantes : Kurze Geschichte der KJI (en allemand et en russe), Im Gleichschritt der Millionen (en allemand, français et tchèque), Le cinquième congrès de l’ICJ (en russe) et L’exploitation des enfants dans les pays capitalistes (en russe).

En mai 1930, Geminder revint en Tchécoslovaquie où il devait être fonctionnaire du département de propagande du CC du PC. Il fut rédacteur du journal Internationale à Aussig, rédacteur de la revue Welt am Sonntag à Teplitz, correspondant de Inprekorr puis rédacteur de l’organe central illégal Vorwärts, où il eut Gottwald comme collaborateur.

Après son arrestation en 1930 à Aussig, il vécut clandestinement en Tchécoslovaquie. Il fut à nouveau arrêté en 1935 et expulsé vers l’URSS après un mois de prison.

De retour à Moscou, Geminder fut fonctionnaire pour le Secrétariat pour l’Europe centrale responsable de rédaction, chef de l’agence télégraphique de l’IC, puis collaborateur politique au département de presse du CE de l’IC de 1935 à 1937. Il devint chef de la section de la presse du département de propagande en janvier 1938, puis premier adjoint du chef du département de la presse.

De novembre 1939 à juin 1943, il fut lui-même chef du département de presse (puis du département de presse et de propagande). À ce titre, il dirigea la presse mais aussi les agences télégraphiques, la rédaction de la revue Rundschau-Inprekorr, la radio, la propagande cinématographique, la section de propagande de l’URSS, la rédaction des bulletins d’information et le service photographique. Il suivit attentivement la ligne politique de la direction de l’Internationale communiste. Après l’offensive allemande contre l’URSS, il fut l’un des organisateurs des programmes illégaux de radio pour les pays du bloc fasciste et les pays occupés.

Après la dissolution de l’IC, Geminder devint le directeur de l’Institut numéro 205 dès novembre 1943 et occupa ce poste jusqu’en juillet 1946. La tâche essentielle de l’institut fut l’organisation de programmes de radio clandestins pour les différents pays puis, après la Seconde Guerre mondiale, l’analyse de l’information sur le mouvement communiste international pour la direction soviétique.

De retour en Tchécoslovaquie pendant l’été 1946, Geminder dirigea le département international du CC du PC. Arrêté en novembre 1951 avec Slanski, il fut condamné à mort le 27 novembre 1952 et exécuté.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article73190, notice GEMINDER Fritz (Bedrich). Pseudonymes : FRIEDRICH, GERHARD, KRAMER, FRITZ. par Mikhail Narinski, version mise en ligne le 10 août 2009, dernière modification le 10 août 2009.

Par Mikhail Narinski

SOURCE : RGASPI, 495 272 24.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément