GRUBE Ernst. Pseudonyme : ANTON

Par Peter Huber

Né le 22 janvier 1890 à Neundorf (Saxe-Anhalt), mort 14 avril 1945 au camp d’extermination de Bergen-Belsen ; communiste suisse.

Fils d’un mineur, Ernst Grube fit un apprentissage de menuisier et adhéra au syndicat et au SPD (Parti social-démocrate d’Allemagne) en 1908. Actif dans le mouvement anti-guerre, il quitta le SPD en 1917 pour former le USPD et milita dans le groupe Spartakus. Membre du Parti communiste allemand depuis sa fondation (1919), secrétaire du Parti à Zwickau depuis 1920, il fut député au Reichstag en 1924, puis de 1930 à 1933. En 1928, il fit son premier voyage à Moscou pour participer au VIe congrès du Komintern.

Élu au comité central au début de la Troisième période (1929), il devint, en janvier 1930, à la fois collaborateur de l’appareil central du PCA à Berlin et émissaire du « Bureau pour l’Europe occidentale » (BEO). Tout au long de l’année 1930, Grube servit d’envoyé quasi permanent du BEO auprès du Parti communiste suisse (PCS) afin de combattre l’opposition dite de « droite », particulièrement implantée dans le canton de Schafhouse. Connu par les cadres du PCS sous le nom de « Anton », Grube sillonna, au cours de l’été 1930, les assemblées de parti des sections du PCS et réussit à convaincre ou à évincer les cadres réticents à la nouvelle ligne. À la fin de l’année 1930, le PCA le nomma responsable des organisations sportives du Parti, tâche qu’il accomplit jusqu’à son arrestation, la nuit de l’incendie du Reichstag, en février 1933. Relâché après sept ans passés dans les camps de concentration de Sonneburg, Lichtenburg et Buchenwald, Grube fut arrêté en août 1944 et transféré au KZ de Sachsenhausen.

Malade et inapte au travail, il périt le 14 avril 1945 au camp d’extermination de Bergen-Belsen.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article73222, notice GRUBE Ernst. Pseudonyme : ANTON par Peter Huber, version mise en ligne le 12 août 2009, dernière modification le 12 août 2009.

Par Peter Huber

SOURCES : RGASPI, 493 1 633 ; 499 1 29. — H. Weber, Die Wandlung des deutschen Kommunismus. Die Stalinisierung der KPD in derWeimarer Republik, vol. 2, Francfort 1969, pp. 144-145. — Institut für Marxismus-Leninismus beim ZK der SED (ed.), Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung. Biographisches Lexikon, Berlin1970, p. 174-175. — P. Huber, Stalins Schatten in die Schweiz, op. cit., p. 148-150. — B. Studer, Un parti sous influence, op. cit., p. 55, 200.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément