GILI Armand, Marie

Par Étienne Kagan, Jean-Louis Ponnavoy

Né le 30 novembre 1909 à Stabio (Suisse), exécuté sommairement le 8 juin 1944 avant la libération de Lyon (Rhône) à Saint-Marcel-en-Dombes (Ain) ; graveur sur verre ; syndicaliste CGT et militant communiste de Meurthe-et-Moselle ; résistant FTP et FFI.

Armand Gili était le fils de Ezelindo et de Marie Adèle Caccia. Il était marié avec Solanva Pica et domicilié à Longwy (Meurthe-et-Moselle) et exerçait le métier de graveur sur verre.
Secrétaire de l’UL unitaire de Lunéville (Meurthe-et-Moselle) lors de sa création le 1er juillet 1934, puis de l’UL confédérée jusqu’en octobre 1937, Armand Gili joua un rôle actif dans les grèves et la création de syndicats dans l’arrondissement de Lunéville en 1936. Il fut, en 1935, secrétaire adjoint du rayon, puis secrétaire de la section communiste de Lunéville. En 1939, il était à Longwy (Meurthe-et-Moselle) où il anima le comité d’aide à l’Espagne républicaine.

Réfugié dans la Dordogne en septembre 1939, prisonnier de guerre, évadé, il s’engagea dans la Résistance comme combattant du Maquis FTP de l’Azergues, avec le pseudonyme "Allex" cependant que la police arrêtait sa femme, ses beaux-parents et sa belle-sœur. Son beau-père Attilio Pica sera fusillé au Mont-Valérien et sa belle-sœur Aurore Pica mourra en déportation en 1944. Capitaine, il rejoignit le maquis de l’Ain à Miribel en 1944. Parti en mission de ravitaillement avec Firmin Tribouillier et Auguste Venet, interceptés par une patrouille allemande et exécutés dans la nuit du 8 au 9 juin 1944 au lieu-dit bois Renard à Saint-Marcel-en-Dombes (Ain) où son cadavre fut découvert avec celui de Firmin Tribouiller par Claudius Neyret maire de la commune, Mr Degout, garde champêtre et Guillaume Normant, chef de poste des garde-voies et communications, domicilié à Saint-Marcel.
L’acte de décès portant le n° 5 fut dressé le 10 juin 1944 au nom d’un inconnu. Son identité fut établie par jugement rectificatif de décès du Tribunal de première instance de Trévoux transcrit le 20 juin 1946 à Saint-Marcel-en-Dombes (Ain).
Il est inhumé dans le carré mixte section K du cimetière communal, à Lunéville (Meurthe-et-Moselle)
Il obtint la mention « Mort pour la France » portée sur l’acte de décès et fut homologué au grade de capitaine des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
La Croix de guerre lui fut décernée ainsi que la Légion d’honneur à titre posthume le 21 mars 1947. Il reçut également la Médaille militaire.
Son nom figure sur le monument aux morts, sur le monument aux morts tous conflits et sur la plaque commémorative place Ambroise-Paré, à Mont-Saint-Martin (Meurthe-et-Moselle).
Voir son frère Dante Gili.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article73411, notice GILI Armand, Marie par Étienne Kagan, Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 19 août 2009, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Étienne Kagan, Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : RGASPI, 495 270 2185, dossier au Komintern pas encore consulté. — Arch. Dép. Meurthe-et-Moselle, série M. — La Voix de l’Est, 1936-1939 et 26 juin 1948. — Le Réveil Ouvrier.— Mémorial Genweb.— État civil (jugement de décès).

Version imprimable Signaler un complément