BRIDARD Raymond, Émile, Léopold

Par Annie Pennetier

Né le 2 janvier 1908 à Montmorency (Seine-et-Oise, Val-d’Oise), mort le 22 juillet 1988 à Valenton (Val-de-Marne) ; facteur ; conseiller municipal de Valenton (Seine-et-Oise, Val-de-Marne) de 1947 à 1953.

Raymond Bridard
Raymond Bridard
Coll. privée de la famille

Son père, ouvrier élagueur à Montmorency chez un petit artisan, avait épousé la fille de son patron. Le couple s’était installé à Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne) où ils travaillaient tous les deux comme ouvriers chez Desmarais Frères. Ils s’installèrent à Valenton en 1922.

Raymond Bridard avait un frère aîné. Il ne reçut pas d’éducation religieuse. Facteur des postes à Maisons-Alfort (Seine, Val-de-Marne), il militait à la CGT et adhéra au Parti communiste de 1936 à 1940. Élu conseiller municipal de Valenton le 19 octobre 1947 sur la liste communiste, son mandat prit fin en 1953 ; dès lors, il ne reprit pas la carte du Parti communiste. La première magistrature municipale était occupée par Fernande Flagon.

Il s’était marié civilement à Charenton-le-Pont (Seine, Val-de-Marne) le 17 septembre 1932 avec Élisabeth Hoffer, manutentionnaire en usine. Elle fut militante de l’Union des femmes françaises (UFF) et se mobilisa contre le départ des rappelés pour la guerre d’Algérie. Ils eurent une fille, Gisèle Duranton, épouse de Julien Duranton.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article73444, notice BRIDARD Raymond, Émile, Léopold par Annie Pennetier, version mise en ligne le 21 août 2009, dernière modification le 12 novembre 2021.

Par Annie Pennetier

Raymond Bridard
Raymond Bridard
Coll. privée de la famille

SOURCES : Arch. Dép. Val-de-Marne, 1711 W 1. — Association de recherches et d’études de Valenton, Valenton des origines à nos jours, 1987. — Entretien avec Gisèle Duranton, 2009.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément