GOASGUEN Jeanne [née CARIOU Jeanne, Marie], dite Tante Jeanne

Par Georges-Michel Thomas

Née le 18 juin 1901 à Brest (Finistère), morte le 7 août 1973 à Brest ; infirmière ; militante communiste ; résistante, déportée ; conseillère municipale de Brest.

Fille d’un journalier (Yves Marie Cariou) et d’une ménagère (Marie-Françoise Calvez), Jeanne Cariou, infirmière diplômée, se maria le 17 mais 1921 à Brest, avec Jean Louis Goasguen.

Elle adhéra au Parti communiste, dans la région parisienne, en 1925 puis revint à Brest avec son mari vers 1932. Membre du bureau de section à Brest, de 1936 à 1939, elle fut, dans la clandestinité, responsable du triangle de direction jusqu’en 1941.

Arrêtée le 29 avril 1942, à la suite d’une manifestation de ménagères qu’elle avait organisée, elle fut condamnée à deux ans de prison. On la libéra en mai 1944 comme mère de cinq enfants. Elle a obtenu la Croix de combattant volontaire de la résistance.

Élue au conseil municipal de Brest sur une liste républicaine et antifasciste, en mai 1945, elle fut écartée de la section pour avoir soutenu la position de André Le Roy*. Elle resta cependant fidèle à ses idées, et, en 1969, elle présida un repas fraternel des communistes brestois anciens résistants.

Son mari, Jean-Louis Goasguen fut déporté. Il mourut en 1963. Ils étaient divorcés depuis 1953.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article73483, notice GOASGUEN Jeanne [née CARIOU Jeanne, Marie], dite Tante Jeanne par Georges-Michel Thomas, version mise en ligne le 23 août 2009, dernière modification le 11 janvier 2021.

Par Georges-Michel Thomas

SOURCES : Arch. Mun. Brest (élections municipales et état civil). — Notes de Eugène Kerbaul, Dictionnaire biographique Finistère, op. cit. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément