COUTANT Henri, Eugène

Par Roland Andréani

Né le 22 mars 1886 à Ivry-sur-Seine (Seine), mort le 24 septembre 1971 à Savigny-en-Véron (Indre-et-Loire) ; commis au ministère des Finances ; député républicain socialiste de la Seine de 1913 à 1924.

Fils de Jules Coutant, ouvrier mécanicien, plus tard député-maire d’Ivry-sur-Seine, Henri Coutant, non baptisé religieusement, allait recevoir l’un des premiers baptêmes civils, et fut élevé dans un esprit laïque et socialiste. Engagé volontaire pour trois ans à la 3e compagnie d’ouvriers d’artillerie le 23 juillet 1904, il fut rayé des contrôles le 12 juillet 1907, et employé au ministère des Finances, ne tarda pas à épouser le 15 octobre suivant, à la mairie du 13e arrondissement de Paris, la couturière Marie Marthe Françoise Pottier qui lui donna en 1908 et 1909, deux fils dont l’aîné Robert Coutant, futur député socialiste du Nord. Nommé commis de trésorerie à Casablanca, il embarqua à Marseille le 23 septembre 1912, accompagné de son père qu’il avait suivi sur la voie du socialisme indépendant. Le décès de Jules Coutant, le 30 août 1913, le ramena en métropole et le conduisit à se présenter à l’élection législative partielle de la 4e circonscription de l’arrondissement de Sceaux (cantons de Villejuif et d’Ivry). Élu au second tour le 23 novembre contre le socialiste SFIO Jean Martin que son père avait déjà battu en 1910, il rejoignit le groupe parlementaire républicain socialiste réduit de fait aux partisans de Victor Augagneur. Il confirma cette adhésion après sa réélection à la Chambre le 10 mai 1914 à l’issue d’un ballottage dans la 4e circonscription qui ne comprenait plus alors que le canton d’Ivry associant au chef-lieu, les communes de Thiais, Orly, Choisy-le-Roi et Vitry-sur-Seine. La mobilisation l’éloigna bientôt en le conduisant au 59e régiment d’artillerie le 11 août 1914. Promu brigadier le 15 novembre, il passa maréchal des logis le 20 février 1915. Nommé sous-lieutenant pour la durée de la guerre le 3 mai 1916, il fut versé dans l’infanterie, ce qui lui valut d’être fait prisonnier à la fin du mois. Rapatrié le 20 décembre 1918 et rendu à la vie civile le 8 mars 1919, il fut élu avec Louis Lajarrige, Claude Nectoux et Raphaël Rhul, dans le 4e secteur de la Seine sur la liste d’Union républicaine et sociale, en fait de Bloc national. Cette candidature provoqua la rupture avec le groupe républicain socialiste d’Ivry qui rejoignit alors le troisième Parti socialiste français en cours de fondation. Toujours inscrit au groupe parlementaire républicain socialiste, il ne se représenta pas en 1924. Mort en 1971, il fut enterré civilement.
Son fils Robert Coutant fut un militant socialiste SFIO du Nord et député.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article73507, notice COUTANT Henri, Eugène par Roland Andréani, version mise en ligne le 24 août 2009, dernière modification le 26 juillet 2021.

Par Roland Andréani

SOURCES : Arch. Dép. Val-de-Marne, état civil, Ivry-sur-Seine ; D2 M8 115, recensement d’Ivry-sur-Seine, 1911, vue 127. — Arch. Paris, recrutement militaire, classe 1906, 3e bureau, matricule 2564 ; état civil, 13e arrondissement. — Le Temps, 24 septembre 1912 p. 6, 11 novembre 1913 p. 2, 25 novembre 1913 p. 1 et 3 (BNF Gallica). — Yves Billard, Le Parti républicain socialiste de 1911 à 1934, thèse, histoire, Paris 4, 1993.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément