GOOSSENS Jean-Pierre

Par Jean-Claude Paul-Dejean

Né le 19 janvier 1890 à Boucau (Basses-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques) ; chaudronnier-tourneur ; militant communiste ; conseiller municipal de Tarnos (Landes).

Fils d’un ouvrier des fours à coke, Jean-Pierre Goossens entra comme apprenti aux Forges de l’Adour et devint un ouvrier spécialiste chaudronnier-tourneur ; en 1912 il adhéra au Parti socialiste et au syndicat des ouvriers métallurgistes de Boucau.

Mobilisé jusqu’en 1916 dans l’artillerie puis affecté aux Forges, ensuite à la pyrotechnie de Bourges (Cher), il rejoignait les « minoritaires ». De nouveau aux Forges de l’Adour en 1919, il fut renvoyé pour sa participation aux grèves de mai et d’octobre-décembre 1920 ; il alla travailler alors dans une entreprise d’équipement sanitaire. Il adhéra au Parti communiste en 1921, à la CGTU en 1923. Au mois de décembre de la même année, à la faveur d’une élection complémentaire, où il était candidat communiste, il entra au conseil municipal de Tarnos ; il y siégea jusqu’en 1939. Il fut suspendu de ses fonctions par décret du 19 octobre 1939 (signature du Pacte germano-soviétique). Passé en zone libre, il participa aux mouvements de résistance.

Après la guerre, Jean-Pierre Goossens fut de nouveau conseiller municipal de Tarnos (1944-1971).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article73533, notice GOOSSENS Jean-Pierre par Jean-Claude Paul-Dejean, version mise en ligne le 25 août 2009, dernière modification le 25 août 2009.

Par Jean-Claude Paul-Dejean

SOURCES : L’Étincelle. — Interview de J.-P. Goossens, novembre 1974.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément