LASTENNET Jean

Par Claude Pennetier, Gautier Mergey

Né le 15 septembre 1911 à Quimperlé (Finistère), mort le 8 octobre 2006 à Mougins (Alpes-Maritimes) ; employé de banque ; militant communiste de la Seine, notamment de Choisy-le-Roi (Seine, Val-de-Marne) ; déporté ; conseiller municipal d’Alfortville (Seine, Val-de-Marne).

Après le décès de son mari - gendarme à Quimperlé - en 1925, Joséphine Lastennet, native du Morbihan, s’installa en région parisienne avec son fils, Jean. Ce dernier obtint son brevet élémentaire et devint employé de la Société générale, à l’agence d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne).

En 1936, délégué syndical et militant communiste, il devint successivement président des Jeunesses communistes de Choisy-le-Roi (Seine, Val-de-Marne), puis responsable des loisirs à la région Paris-Sud des Jeunesses, organisant excursions à vélo et sorties de camping.

Mobilisé en 1940, il fut capturé et envoyé dans un camp de prisonniers en Allemagne. Rapatrié sanitaire en décembre, il aurait été recontacté en juin 1941 par l’organisation clandestine du parti communiste, pour reprendre ses activités. Sous le pseudonyme d’André Gaveau, il fut chargé de la réorganisation des Jeunesses communistes dans la région Paris-Sud : ses missions consistaient notamment à superviser les activités de propagande et d’entraide, et à percevoir les cotisations. A ce titre, il fut en contact avec Jacques Fillon, avec Jean Compagnon - agent de liaison chargé de la direction régionale des Jeunesses – ainsi qu’avec Solange Ribière, chargée par Compagnon et lui de l’organisation clandestine locale des Jeunes Filles de France.

Dénoncé comme plusieurs autres militants par un homme avec qui il était en contact, au moment où l’organisation locale se préparait à intensifier les actes de sabotage, Jean Lastennet fut arrêté le 25 décembre 1941. Lors de son arrestation, il avait en sa possession divers documents relatifs à ses activités clandestines. Par ailleurs, une visite domiciliaire fut réalisée à son domicile - chez sa mère (née le 25 mai 1887 à Belz), 16 quai d’Alfortville à Choisy-le-Roi (Seine, Val-de-Marne). Cette dernière, ayant pris les inspecteurs pour des militants, leur remit spontanément des documents – notamment des listes de militants – dissimulés sur un rebord de fenêtre. "Consignée provisoire", découvrant sa méprise tragique elle fit une crise nerveuse et fut internée à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture le 6 janvier 1942.

Le 26 décembre 1941, alors qu’il était conduit à l’interrogatoire, Jean Lastennet avait tenté de s’échapper - sans succès.

Le 12 juin 1942, la Section spéciale près la Cour d’appel de Paris le condamna à huit ans de travaux forcés. Le 12 mai 1944, au départ de Compiègne, Jean Lastennet fut déporté au camp de concentration de Buchenwald. Il y reçut le matricule 51324.

Rescapé, il se maria le 1er décembre 1945 à Ivry-sur-Seine avec Solange Ribière. Il a été élu conseiller municipal communiste d’Alfortville et a reçu la Légion d’honneur. Il fut secrétaire général de la Fédération nationale des déportés, internés et familles de disparus.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article73593, notice LASTENNET Jean par Claude Pennetier, Gautier Mergey, version mise en ligne le 26 août 2009, dernière modification le 25 avril 2014.

Par Claude Pennetier, Gautier Mergey

SOURCES : Arch. Paris, listes électorales et listes nominatives de recensement. — Eugène Kerbaul, 1 270 militants du Finistère, op. cit., Complément, 1986. — Arch. Com. Ivry-sur-Seine. — Renseignements communiqués par Véronique Fau-Vincenti.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément