LAURENT André

Par Claude Pennetier

Né le 29 avril 1901 à Paris (XIVe arr.), mort le 8 mars 1952 à Fontenay-sous-Bois (Seine, Val-de-Marne) ; laqueur-décorateur ; militant communiste ; maire de Fontenay-sous-Bois (1945-1947), conseiller général de la Seine (1945-1952).

André Laurent était le fils de Jules Laurent, employé de commerce-archiviste et de Elise Feitu, ménagère puis infirmière à l’Assistance publique. Il fréquenta l’école communale 20 rue Saint Maur jusqu’à treize ans, puis fit un an de cours professionnel. Il concourut avec succès pour l’école Bernard Palissy, école d’arts appliqués à l’industrie de la ville de Paris (rue des Petits-Hôtels) et y resta quatre ans, apprenant le dessin, le modelage, l’aquarelle, la perspective, l’histoire de l’art, l’anatomie, la décoration.

Il débuta en 1919 comme dessinateur d’ameublement, fit différents métiers puis s’installa à son compte rue Henri Monnier à Paris. Il appartint au syndicat des artisans d’art.

Laurent participait aux manifestations du Parti communiste au mur des Fédérés et aux manifestations des 1er mai, comme à celles des 9 février et 12 février 1934.

Sympathisant, il adhéra au Parti communiste en mai 1936. En 1938-1939, André Laurent était secrétaire de la section communiste de Fontenay-sous-Bois.

Il avait beaucoup lu avant son adhésion au Partri communiste : Zola, Hugo, Jack London, Gorki, Romain Rolland, Théophile Gautier, Molière, Ilina, A . Dumas, A. France, puis " l’abondance des tâches fait qu’il m’est beaucoup plus difficile de lire. De Marx, j’ai lu le manifeste, des extraits, sur le capital, sur l’Etat. De Lénine des extraits de ces discours, de ces livres Les maladies infantiles du communisme. De Staline les importants discours prononcés ces dernières années. En un mot c’est un bagage superficiel appris à la hâte, non pas ficelé comme il serait nécessaire de le faire, mais le temps manque vraiment pour apprendre." écrit-il.

Il fut premier adjoint au maire de 1944 à 1945. André Laurent fut élu conseiller municipal communiste de Fontenay-sous-Bois le 13 mai 1945 (2e en nombre de voix : 7 490 sur 13 520). Il fut surtout désigné maire de Fontenay-sous-Bois dès le 18 mai 1945. Réélu conseiller municipal le 19 octobre 1947, il décéda vers la fin de son mandat et fut remplacé par Ménard* en mars 1952. Aimé Febvre (RPF) lui succéda à la fonction de maire.

Il fut conseiller général de la Seine de 1945 à 1952. Son nom figure en dernière position de la liste communiste conduite par Jacques Duclos et Charles Tillon, pour les élections législatives de 1945 et de juin et novembre 1946, dans la sixième circonscription de la Seine. Il fut membre du comité de parrainage de la liste d’Union républicaine, résistante et antifasciste pour l’indépendance nationale, le pain, la liberté et la paix, présentée par le Parti communiste français aux élections législatives de 1951. Il était membre du bureau de l’amicale des élus républicains de la Seine.

Sa compagne, Suzanne Collot, était couturière.

Une rue porte son nom dans la commune.

Texte de son autobiographie remise à la commisssion des cacdres en France et conservée dans les dossiers du Komintern au RGASPI de Moscou.

Auto-biographie du Camarade André Laurent
A. ORIGINE ET SITUATION SOCIALE
Noms, prénoms, adresse pseudonyme. - LAURENT André, Lucien. Je n’ai pas de pseudonyme.
Habitant à Fontenay-sous-Bois au 13 rue de la Santé »
2° Date et lieu de naissance. Je suis né le 29 avril 1901 à Paris dans le XIVe arrondissement.
3° Profession.
Ma profession est décorateur spécialisé dans la copie et la restauration des laques anciennes.
4°• Occupations successives.
Le premier emploi que j’occupai était celui de dessinateur d’ameublement à la maison Delmas et Dérivry rue de la Roquette à Paris. • J’avais alors 18 ans. Je restais 3 mois dans cette maison, le salaire que je recevais était ridicule, fit que j’abandonnai en même temps que cette maison l’idée de faire ma voie dans le dessin d’ameublement.
Je restais quelque temps sans trouver un emploi 1 mois et demi environ et le 11 février 1920 je rentrai aux Ets Lorton 40 rue des Mathurins à Paris. J’avais vu dans un journal du Bâtiment une annonce demandant un dessinateur metteur en plan.
C’était pour travailler à Soissons. Je restais 1 mois dans cette maison ,ayant fourni en tout et pour tout 2 heures de travail effectif. Malgré le Directeur qui était disposé à augmenter mon salaire fixé pour ce mois d’essai à 1200 frcs. je quittai cette maison. Revenu à Paris, par l’intermédiaire d’un camarade de l’Ecole, j’entrai à la maison Fout 193 rue Marcadet à Paris comme décorateur sur laque. C’était le 15 mars 1920, je restais dans cette maison jusqu’en novembre 1928 ayant entre temps effectué mon service militaire qui a duré 26 mois. Auparavant j’avais été 2 mois sans travail. J’avais débuté gagnant environ 2 frcs 25 de l’heure pour gagner en sortant 7 frcs 50. Je quittais cette maison pour entrer dans un atelier identique chez MarotTourlier-Fiévet 4 impasse de la Baleine. Je restais 2 ans dans cette maison gagnant mieux ma vie environs 25000 frcs par an.
Puis vint 1930 première atteinte de la crise, je restais quelques mois sans travail, le secours du chômage n’existant pas, j’acceptais de menus travaux n’ayant bien souvent rien à voir avec mon métier. Je trouvais enfin une place fin 1930 aux Et. Perrier 10 rue de Tunis à Paris. J’exerçais mon métier décorateur laqueur jusqu’en mai de la même année ou à nouveau je me trouvai sans travail. La crise était plus profonde, aucun emploi dans aucun atelier de décor. Je décidais de m’installer à mon compte, avec 2 camarades de métier, qui tour à tour abandonnèrent sous sollicitions des travaux chez les antiquaires et dans les maisons de décoration.
Actuellement j’ai mon atelier 21 rue Henri Monnier à Paris.
5°• Salaire actuel et si possible salaires antérieurs - autres ressources.
L’année 1937 a vu ma situation s’améliorer un peu, gagnant environ 13000 frs. Les années précédentes mon salaire variait entre 7 et 8000 frs. Comme autre ressource ma femme en faisant de la couture apporte au ménage environ 2000 frs l’an.
6°.- Date à laquelle vous avez commencé à travailler.
J’ai commencé à travailler à 18 ans, c’était le ier octobre 1919.
7° Profession du père et de la mère ; 8’.- Leurs moyens d’existence. Mes parents ne travaillent plus . Mon père touche une petite pension de la Compagnie Générale d’Electricité. Ma mère est retraité de l’assistance publique. Mon père est resté 25 ans dans cette maison, ma mère 30 ans fut infirmière à l’Hôpital St Louis. Elle termina les dernières années comme surveillante.
9° Leurs liaisons.
Comme liaison des membres de la famille, des amis dans l’entourage de leur profession.
Comme opinion mon père ne se raie pas aux idées que je professe. Il n’est pas non plus avec
les gens professant des idées fascistes, contre particuliérement les Croix de feu. Il a lut longtemps la Petite République était admirateur de Jaurès. N’a jamais milité, maintenant tous les problèmes se mélangent confusément dans son esprit. Il a 70 ans maintenant et tenant compte de cela, je crois que le travail de persuasion à son égard ne peut plus rien apporter à notre Parti.
Ma mère par contre témoigne une grande compréhension à l’égard de la politique de notre Parti. C’est une croyante catholique son idéal lui fait ressentir les injustices sociales, elle est avec les communistes dans leurs luttes pour l’amélioration du sort des travailleurs. L’égoïsme des privilégiés de la fortune lui fait peur.
10.- Nom de la femme ou de la compagne (mari ou compagnon). Collot Suzanne. 110.-Sa profession. Couturière.
12°.-Son salaire. 1500 à 2000 frs. Par an.
13° Est-elle du parti ?
Elle n’est pas au Parti, de santé fragile elle ne peut militer.
14° Quelle est son activité ?
S’occupant des soins du ménage et des travaux de couture à la maison.
15°. Quelles sont ses options ? Sympathisante à nos idées communistes.
16°. - Ses liaisons. Pas de liaisons étroites dans son voisinage. Bonne entente entre voisine. Principale liaison, ses soeurs au nombre de quatre.
17°.- Nom du père et de la mère de la femme ou de la compagne. Collot Arsène et Bach Louise - décédés.
18°. -Profession, salaires. néant.
19° - Relations. Néant.
Nous n’avons pas d’enfants.
20°. - Y-a-t-il dans votre famille ou dans celle de votre femme des éléments touchant de loin ou de près aux forces de protection du régime ; agents ou inspecteurs de police gardes mobiles, journalistes, policiers privés ; personnes aux moyens d’existence indéfinis ? Y-a-t-il des membres de partis ennemis ? Il n’y a pas dans notre famille d’éléments touchant aux forces de protection du régime. Toutes ont des moyens d’existence. Je ne connais aucun membre de ma famille membre de partis ennemis.
21°. - Quelles sont éventuellement vos relations avec de tels éléments ? Néant
22°.- Quelles sont en général vos liaisons en dehors des membres du Parti ? En dehors de mon Parti et des amis dans mon métier (beaucoup de ceux-ci sont sympathisants à notre Parti) je n’ai pas de liaison autres.
23°. - Quel est votre grade dans l’armée ? Dans l’armée j’étais sergent-chef dans le génie.
B.- SITUATION DE PARTI
24°. - Avez-vous été membre d’un autre parti avant votre adhésion au P. C ? Depuis quand, pendant combien de temps ? Avez-vous été fonctionnaire de ce parti ? Avez-vous occupé des postes dirigeants ? Pourquoi avez vous quitté ce parti ? -.
Je n’ai jamais appartenu à un autre parti avant d’adhérer au PC.
25°.- Avez-vous appartenu aux Jeunesses Communistes, aux Jeunesses Socialistes Chrétiennes
ou autres organisations de jeunes ? Lesquelles, pendant combien de temps ? Y avez-vous occupé
des postes dirigeants, pendant combien de temps ? Je n’ai pas appartenu aux Jeunesses Communistes ni à aucune autre organisation.-
26°. - Avez-vous fait partie de la franc-maçonnerie ou de la Ligue des Droits de l’Homme ? Comment avez-vous quitté ces organisations ? Y avez-vous occupé des postes dirigeants ? Je n’ai jamais fait partie de la Franc maçonnerie.
27°.- Date de l’entrée au Parti. Je suis entré au Parti en mai 1936.
28°. - Comment y êtes vous venu ?
29°. - Qui vous a recommandé ? 300. - Avec qui avez-vous milité ?
Je faisais partie du BOP pendant les élections . J’y ai connu des camarades qui étaient des voisins d’habitation, particulièrement un vieux camarade du Parti, Lecommandeur, que je connaissais depuis déjà longtemps pour l’avoir côtoyé dans les manifestations du Parti.
31°. A quelle cellule appartenez-vous ? CELLULE 50
32°. - Quelle section et quelle région ? Section Fontenay S/bois - région Est Parisien. 33°.- N° de la carte du Parti ; le n° de ma carte 1938 est 64.053
34°. Caractère, époque et lieu de votre activité dans le parti.
Mon activité dans le Parti date de mon adhésion néanmoins auparavant j’avais prêté mon appui dans les campagnes électorales. Je milite sur le plan local à la cellule 50.
35°• Y-a-t-il eu des interruptions dans votre activité de militant dans le parti ; en quelle année, pendant combien de temps, pour quelles raisons ? Lieu de séjour et genre de travail pendant cette période d’interruption ?
Je n’ai pas d’interruption dans mon activité ;
36°. - Remplissez-vous, ou avez-vous rempli des fonctions électives dans le Parti ? Lesquelles, quand et pendant combien de temps ?
Je n’ai jamais rempli de fonctions électives.
37°. - Avez-vous été délégué à des congrès et des conférences du Parti ? Lesquels et quand ? J’ai été délégué déjà 2 fois au Conférence de ma section. D’autre part j’ai assisté à de nombreuses conférences du Parti soit à la Mutualité soit rue Lafayette à l’ancien siège du Parti à la mairie de Montreuil en un mot à chaque fois que le Parti faisait appel aux militants responsables pour venir écouter les directives du Parti.
38°. - Quel travail concret pour le parti faites vous en ce moment ? Par qui en avez-vous été chargé (cellule, comité régional, comité central) ?
Je suis secrétaire de la Cellule 50 nommé à ce poste par mes camarades. D’autre part à la conférence de section mes camarades m’ont nommés au Comité de section et au sein du Comité j’ai été élu secrétaire administratif.
39°. - Quelle fut votre position au cours des différentes crises du parti ( congrès de Paris 1928) opposition trotskyste Souvarine, S. Girault, Treint ?
Je ne militais pas à cette époque est n’étais pas au courant des questions du Parti.
40°.- Avez-vous fait partie d’une opposition, quel rôle y avez-vous joué ? Comment l’avez-vous abandonnée ? Non - même raison.
41° Avez-vous été exclu du Parti ou d’autres organisations révolutionnaires ? Je n’ai jamais été exclu du Parti ni d’autres organisations révolutionnaires.
42°. - Avez-vous été l’objet de sanctions, quand et pourquoi ? Je n’ai jamais eu de sanctions.
43° Avez-vous été lié au groupe, comment ? aux trotskystes ?.
Je n’ai jamais été lié aux trotskistes.
Je n’ai pas d’amis chez les trotskistes, si cela était il ne serait pas mes amis.
Je pense que les trotskistes sont les fidèles servants du capitalisme, leur duplicité fait qu’ils sont les pires ennemis des travailleurs ! L’URSS en les démasquant et en les traitant sans pitié à en cela bien servi les travailleurs du monde entier. Faisant partie du Comité d’entente du Parti communiste et du Parti socialiste, j’ai eu occasion de m’apercevoir que les délégués socialistes locaux étaient de fervents trotskistes, défendant souvent leur action, principalement en URSS. Ces camarades socialistes sont les militants responsables de leur section, ils offrent de grandes difficultés à la réalisation de l’unité sur le plan local.
Je n’ai pas eu de liaison avec Doriot, aucune liaison. Je ne connais personne.
Aucune liaison avec Ferrat ni avec le groupe « que faire » - Pas d’amis en liaison avec eux.
44° - Faites-vous un travail de recrutement, combien de membres avez-vous recruté pour le Parti ? Je n’ai jamais amené jusqu’à présent de camarade au parti, seul. Néanmoins m’occupant d’une cellule depuis mon entrée au Parti nous étions ii, à cette cellule. Nous sommes arrivés à être 28 et nous avons formé une autre cellule, la 61, collectivement, je crois pouvoir dire que j’ai aidé à ce résultat. Au fur et à mesure que je vieillis au Parti, je pense que plus cela ira plus je pourrai mieux faire en ce sens.
45°- Avez-vous eu la responsabilité d’une trésorerie dans une organisation ? Je n’ai jamais été responsable d’une trésorerie.
46°.- Avez-vous eu des histoires d’argent ? Pour quel motif ? Comment l’affaire s’est-elle réglée ? Pas d’histoire d’argent.
47° Avez-vous participé à des mouvements de masse ; quel rôle y avez-vous joué ? (grèves, combats révolutionnaires, etc..)
Je n’ai jamais participé à des grèves ayant toujours été dans des ateliers où nous n’étions que quelques ouvriers, nos revendications étaient facilement acceptées.
J’ai participé depuis longtemps aux manifestations du Parti au mur des fédérés - aux ie. mai au 9 février au 12 février 1934 - aux 14 juillet aux manifestations locales du Donjon de Vincennes etc... J’y jouais le rôle de militants de base, disciplinés.
C.- INSTRUCTION ET DEVELOPPEMENT INTELLECTUEL
48° - Dans quel établissement scolaire avez-vous fait vos études ; combien d’années, avez-vous terminé vos études, sinon pourquoi ? -
Je suis allé à l’école communale 20 rue St Maur jusqu’à 13 ans, puis j’ai fait 1 ans de cours professionnel. J’ai concouru pour l’école Bernard Palissy, école d’arts appliqués à l’industrie, école de la ville de Paris qui était rue des Petits hotels à Paris. J’y ai passé 4 ans, apprenant le dessin, le modelage, l’aquarelle, la perspective, l’histoire de l’art, l’anatomie, la décoration.
49° - Quelle est l’instruction politique que vous avez reçue, vous êtes-vous instruit vous-même en lisant des livres pendant combien d’années et dans quel domaine ? 50° - Qu’avez-vous lu de Marx, Engels, Lénine et Staline et dans quelle mesure avez-vous étudié ces ouvrages ? L’Instruction politique que j’ai reçue se borne à un cours élémentaire ouvert à tous les militants sur la base de la section et à un autre cours fait pour ceux qui ce sont montrés les meilleurs au premier cours. Ce cours était professé par le C. de Bourdon responsable de la région.
D’autre part j’ai lu des livres moi-même, entre autre - Zola - Hugo - Jack London - Gorki - Romain Rolland - Théophile Gautier - Molière - Ilina, A. Dumas, A. France, et cela avant d’entrer au Parti principalement, car depuis, l’abondance des taches fait qu’il m’est beaucoup plus difficile de lire. De Marx, j’ai lu le manifeste des extraits, -sur le capital, sur l’Etat. De Lénine des extraits de ces discours, de ces livres Les maladies infantiles du communisme. De Staline les importants discours prononcés ces dernières années. En un mot c’est un bagage superficiel appris à la hâte, non pas ficelé comme il serait nécessaire de le faire, mais le temps manque vraiment pour apprendre.
51° - Avez-vous l’expérience du travail littéraire et de propagande ? Dans quel domaine avez-vous publié des travaux. Quelles langues connaissez-vous et dans quelle mesure ? Avez-vous été à une école du Parti ; de votre section ; de votre Région ou centralement ?
Peu d’expérience du travail littéraire et de la propagande. Je n’ai pas publié de travaux. Je ne connais que le Français et pas très bien.
Je suis allé à une école du Parti dans la section, d’autre part à ce moment je suivais les cours de propagandiste du Secours rouge de France si bien que j’ai manqué 2 leçons.
52° - Lisez-vous régulièrement ou par intermittence ?( Cahiers du Bolchevisme, Correspondance Internationale, L’Internationale Communiste, La Revue de l’I.S.R.). Quels périodiques du Parti Socialiste lisez-vous régulièrement ou par intermittence la Vie Socialiste, la Bataille Socialiste, quels autres périodiques ?
Je lis par intermittence, Les cahiers du bolchévisme, L’ Huma tous les jours ; Le populaire, L’oeuvre pas tous les jours, Ce soir tous les jours.
D.- PARTICIPATION A LA VIE SOCIALE.
53° - A quelles organisations sociales-syndicales, sportives, éducatives, coopératives, participez-vous ou avez-vous participé, quels postes dirigeants y occupez-vous ou y avez-vous occupé ? J’appartiens au Secours populaire de France. J’en suis le secrétaire local et le secrétaire de la des Rigollots. J’appartiens au syndicat des artisans d’art depuis 8 mois. Je ne milite pas à ce syndicat ;
54° - Etes-vous membre d’un syndicat rouge ou réformiste ou d’un groupe d’opposition syndicale, quand, où, depuis combien 4e temps ? Etes-vous membre d’un syndicat ; lequel.
Je suis membre du syndicat des artisans d’art.
55° - Avez-vous rempli dans les syndicats ou autres organisations de masse (sportives, coopératives, S.R.I., Libre Pensée, etc...) des fonctions électives rétribuées ou bénévoles, où, lesquelles ? Je n’ai jamais rempli de fonction élective dans ces organisations, ni rétribué.
56° - Avez-vous été membre d’un comité d’usine, duquel, quel travail concret de masse faites-vous en ce moment, travaillez-vous ou avez-vous travaillé à 1’ usine, où et pendant combien de temps ? Non.
57° - Quand avez-vous cessé le travail ? ; 58° - Etes vous particulièrement lié à une usine ? Non.
59° - Avez-vous participé, êtes vous en contact avec les masses ouvrières ou paysannes ? En contact avec les masses ouvrières dans mon entourage, mais pas dans une entreprise. J’habite dans un quartier ouvrier.
60° - Avez-vous participé à des actions ouvrières (grèves, actions révolutionnaires), participez-vous ou avez-vous participé au travail communal ou aux organisations de l’administration locale, où et quand ? ;
61° - Quel travail concret faites-vous ou avez-vous fait dans ce domaine ? Non, aucun travail dans un organisme administratif.
62° - Avez-vous été député au Parlement, conseiller d’arrondissement ou conseiller municipal, où et quand ?
Non, ni député, ni conseiller d’arrondissement ou municipal.
E.- REPRESSIONS SUBIES ET CASIER JUDICIAIRE
63° - Avez-vous subi des répressions et avez-vous été arrêté, quand, où et pourquoi ? Non.
64° - Vos conditions de vie à cette époque. Néant.
65° - Avez-vous été condamné ? Non.
66° - Quand et quel procès et à quelle peine ? Néant
67°- Combien de temps avez-vous été en prison, au bagne, en déportation administrative, en émigration ? Néant.
68°- Dans quelles conditions avez-vous été libéré ? Néant.
69°- avez-vous été maltraité ou torturé ? Néant.
70° - Etiez-vous en contact avec l’organisation du Parti. En quoi ce contact a-t-il consisté ? Néant.
71° - Avec quels membres du Parti vous trouviez-vous en prison, en émigration, etc. ? Néant 720W Aviez-vous la possibilité de vous instruire et qu’avez-vous fait en ce sens ? Néant. Renseignements complémentaires non prévus par le présent schéma.
73°- Enumérez les principales fonctions rétribuées et le lieu de votre travail après la guerre impérialiste et jusqu ’à ce jour. Néant.
74° - Quels dirigeants du parti peuvent confirmer les points essentiels de votre autobiographie et les principales phases de votre activité dans le Parti ? Mon secrétaire de section le camarade Riant Georges peut confirmer les points essentiels de mon auto-biographie et de mon activité.
Fait à Fontenay s/bois le 27/2/38 LAURENT
A. Laurent 13 rue de la Santé

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article73601, notice LAURENT André par Claude Pennetier, version mise en ligne le 27 août 2009, dernière modification le 18 juillet 2017.

Par Claude Pennetier

SOURCES : RGASPI, 495 270 2376. - Arch. Com. Fontenay-sous-Bois série K (liste électorale). — La Voix de l’Est. — L’Humanité, 10 mars 1952. — Arch. Dép. Val-de-Marne, 1 Mi 2426. — Philippe Nivet, Les Assemblées parisiennes de 1935 à 1953, IHTP (multigraphié), 1995. — Notes d’Emmanuel Hagen.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément