L’HOSTIS Alfred, François, André

Par Daniel Grason, Claude Pennetier

Né le 29 octobre 1895 à Paris (XIVe arr.), mort le 24 mai 1941 à l’hôpital de Limoges (Haute-Vienne) ; mécanicien ; militant communiste ; conseiller municipal de L’Haÿ-les-Roses (Seine, Val-de-Marne) ; interné politique.

Fils de Yves, Camille, Marie L’Hostis, tailleur et de Clémence Blondin, blanchisseuse, Alfred L’Hostis, devint mécanicien. Il épousa le 16 octobre 1920 en mairie du XIIIe arrondissement de Paris, Jeanne, Augustine Liébeau, couturière. Le couple eut deux enfants. Domicilié dans un pavillon 8 allée des Cyclamens à L’Haÿ-les-Roses, Alfred L’Hostis a été en 1933, secrétaire général de l’association Étoile Rouge Sportive de Chevilly, L’Haÿ-les-Roses, il fut élu conseiller municipal communiste de cette ville, le 12 mai 1935, sur la liste de Raymond Baudin.
De santé fragile, 6 juin 1936 le conseil de réforme de la Seine le réforma définitivement. Le conseil de préfecture le déchut de son mandat, le 15 février 1940, pour appartenance au Parti communiste. Il fut soupçonné de se livrer à son domicile et sur son lieu de travail « à une active propagande verbale, s’abstenant toutefois de toute distribution de tracts, édités par l’ex-Parti communiste.
Il a été arrêté et interné administrativement le 5 mars 1940, d’abord au camp de Baillet (Seine-et-Oise, Val d’Oise) puis à l’Île d’Yeu et enfin à Saint-Paul-d’Eyjeaux (Haute-Vienne). Malade, son état nécessita son hospitalisation à l’hôpital de Limoges le 26 janvier 1941. Dans une note en date du 5 mai 1941 adressée au Préfet de la Haute-Vienne, le Préfet de police de la Seine estimait sa libération « inopportune. »
Le 19 mai le chef du centre de séjour surveillé de Saint-Paul-d’Eyjeaux envoyait un télégramme au Préfet de Police lui demandant « d’aviser d’extrême-urgence » la famille d’Alfred L’Hostis de son hospitalisation.
Il mourut le 24 mai 1941 à l’hôpital de Limoges.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article73739, notice L'HOSTIS Alfred, François, André par Daniel Grason, Claude Pennetier , version mise en ligne le 5 octobre 2017, dernière modification le 20 janvier 2018.

Par Daniel Grason, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Paris, DM3 ; versement 10451/76/1. – Arch. PPo. 1W 952. – Bureau Résistance GR 16 P 371634 (non homologué). – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément