KAAS Charles, Maurice

Par Paul Boulland, Claude Pennetier

Né le 19 janvier 1921 à Paris (XIe arr.), mort le 7 avril 1976 à Alfortville (Val-de-Marne) ; professeur d’EMT (éducation manuelle et technique) ; militant communiste ; conseiller municipal d’Alfortville de 1951 à 1959.

Fils d’un serrurier, Charles Kaas, élève de l’école Dorian, obtint un certificat d’aptitude professionnelle d’ajusteur, le brevet d’enseignement industriel et le baccalauréat technique. Ajusteur dans des usines métallurgiques de la région parisienne, il adhéra à la CGT en septembre 1937. Envoyé en Allemagne dans le cadre du STO de novembre 1942 à mai 1945, Charles Kaas arriva à Alfortville (Seine) en 1946. Il devint professeur d’éducation manuelle et technique dans les écoles et cours complémentaires d’Alfortville. Il milita au Syndicat CGT du personnel des services publics et des enseignements spéciaux de la Préfecture de la Seine.

Kaas adhéra au Parti communiste français le 1er avril 1946. Membre de la cellule des communaux d’Alfortville, du comité de la section et du bureau de la section communiste, il était responsable de la propagande en 1950-1951.Il entra en 1954 au secrétariat de la section communiste et en était toujours membre au début des années 1960. Il entra au comité fédéral de Seine-Sud en 1954. Il n’en était plus membre en 1959 car il quitta le département à la fin de l’année scolaire 1958-1959. Lors de son élection en 1954, la fédération indique : "son activité en fait un militant précieux, au bureau fédéral, pourrait rendre de grands services. Professeur d’enseignement technique qui reste très lié à la classe ouvrière. Nous pensons l’orienter particulièrement sur le travail parmi les intellectuels." Proposé directement pour le bureau fédéral, il ne fut finalement orienté que vers le comité fédéral. Il fit un voyage en Roumanie en 1954.

Charles Kaas fut élu conseiller municipal communiste d’Alfortville à l’issue du scrutin du 9 décembre 1951. Demeurant rue de la Mairie, il fut réélu le 26 avril 1953 et son mandat prit fin en 1959. La première magistrature municipale était occupée par Raoul Bleuse. Charles Kaas était en deuxième position sur la liste communiste d’Alfortville, dirigée par Jean Roche, le 15 mars 1959. Il ne fut pas réélu.

Kaas militait aussi dans le comité de paix, dans l’association France-URSS et dans le cercle des Lettres françaises.

Il s’était marié à Alfortville le 20 avril 1946 avec Georgette Escartin, Kaas, fille d’un briqueteur communiste. Le couple avait un enfant en 1952.

Sa femme était veuve de fusillée, selon un note du PCF : "Illégale avec son mari Raymond Jaclard de 1942 à fin 1943, date de l’arrestation de ce dernier qui est fusillé en mars 1944. Part chez ses parents à Alfortville." (Obs SMC). Née vers 1922, ménagère, elle adhéra au PCF en 1945, entra au comité fédéral Seine-Sud en 1954. Elle était secrétaire de la section d’Alfortville entre 1954 et 1959. Elle avait suivi en 1955 une école centrale communiste d’un mois : "A bien travaillé et donné de bons résultats. Bonne compréhension de la politique du Parti.
Intelligente, esprit vif. Elle a un bon sens politique et déjà une certaine expérience de direction. Tout au moins, à l’école, elle semble encore timide et manquant de confiance en soi. Présente de bonnes possibilités de
développement."). Elle quitta le comité fédéral en 1959 comme son mari.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article73838, notice KAAS Charles, Maurice par Paul Boulland, Claude Pennetier, version mise en ligne le 10 mai 2010, dernière modification le 6 juin 2021.

Par Paul Boulland, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Val-de-Marne, 1 Mi 2426. — Arch. Com. Alfortville, listes électorales. — Arch. comité national du PCF. — État civil de Paris XIe arr. (extrait). — Notes de Jacques Girault, d’Emmanuel Hagen.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément