GICQUEL Christiane [épouse NENNOT]

Par Alain Prigent

Née le 3 février 1944 à Yvignac-la-Tour (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor) ; institutrice ; membre du conseil syndical de la section départementale des Côtes-du-Nord du SNI (1966-1970) et du SNUIPP (1994) ; membre de la commission de contrôle financier (1966-1967) et du bureau fédéral de la fédération du PCF des Côtes-du-Nord (1979-1999) ; candidate aux élections législatives dans la circonscription de Dinan, candidate aux élections cantonales, aux élections régionales de 1992 ; conseillère municipale de Dinan (1983-1989) ; membre de Renaissance Communiste en 2001.

Christiane Gicquel est née dans le bassin granitier de Languédias, un des îlots prolétariens des Côtes-du-Nord où l’influence de la CGTU et du PCF se fit sentir dès les années 1920. Son père, Marcel Gicquel, issu d’une famille catholique, travaillait dans les carrières de granit comme tailleur de pierre. Syndiqué comme l’ensemble de ses camarades à la puissante section CGT, il adhéra au PCF à la Libération. Sa mère Louise Nogues qui exerçait la profession de couturière éleva 6 enfants. Elle rejoignit le PCF après la signature du programme commun
Christiane Gicquel, cadette de la fratrie, naquit en 1944. Elle fut la seule de la famille à poursuive des études au-delà du CEP. Élève de l’école communale puis du cours complémentaire de Broons, elle fut reçue à l’école normale des filles de Saint-Brieuc en 1960. En 1964 elle obtint son premier poste d’institutrice à Loudéac. Elle enseigna ensuite successivement à Dinan, Plouer-sur-Rance et en Guyane. Elle travailla à l’école maternelle de La Bretonnière dans le quartier des HLM de Dinan de 1973 à 1996, date de sa mise en retraite.

Sœur de René Gicquel et d’André Gicquel, élevée dans un milieu familial très militant et vivant au quotidien les réalités du monde ouvrier, elle adhéra à l’UJFF (union des jeunes filles de France) en 1956 à l’âge de 12 ans. À l’école normale, elle fut élue déléguée syndicale des futures institutrices en 1963 et en 1964. Très vite à sa sortie de sa formation professionnelle, elle fut élue au conseil syndical, de 1966 à 1970, sur la liste d’union dirigée par Maurice Renault* et Sylvain Loguillard*. Cette liste qui réunissait les militants du courant communiste et des socialistes en rupture avec la SFIO exerçait une très grande influence dans le milieu des instituteurs des Côtes-du-Nord. Élue à la CAPD de 1966 à 1970, dans le même temps, elle assuma la bonne marche de la commission des maternelles du conseil syndical.

Mariée à Raphaël Nennot, originaire des Antilles, le couple vécut en Guyane de 1971 à 1973. Ils eurent trois enfants.

À son retour en métropole, elle consacrera l’essentiel de son activité militante au PCF. Cependant, elle continua à militer dans les structures de base du SNI et de la FEN. Après la scission de 1992, elle fut membre du premier conseil syndical de la section des Côtes-d’Armor du SNUIPP en 1994 dirigés par Yannick Le Cam.

Comme ses frères aînés, elle adhéra au PCF dès 1963. Élue à la commission de contrôle financier de la fédération du PCF des Côtes-du-Nord en 1966-1967, elle suivit de nombreuses formations internes du PCF (plusieurs écoles élémentaire et fédérale, ainsi que des stages nationaux). Membre de la section de Dinan du PCF dont elle fut la secrétaire, elle siégea au comité fédéral de 1977 jusqu’à sa démission en 1999. Pendant deux décennies de 1979 à 1999, elle fit partie du bureau fédéral dirigé par Jacques Coignard* puis par Gérard Lahellec. Elle fut, à la suite de Roger Esnault*, à plusieurs reprises, candidate du PCF aux élections législatives dans la circonscription de Dinan où l’ancien ministre Charles Josselin était régulièrement réélu dès le premier tour. Elle obtint en 1978 11 % des suffrages exprimés au premier tour, en 1981 (6,2 %), en 1988 (5 %) et en 1993 (5,6 %). Elle figura sur la liste départementale du PCF menée par Félix Leyzour* pour l’élection législative de 1986 qui obtint un peu plus de 10 % des suffrages exprimés. Elle fut également candidate aux élections cantonales à Dinan-Ouest en 1979 (11,8 %), en 1985 (6,8 %) et en 1992 (4,1 %) et à celle de Broons en 2001 (6,5 %). Elle fit partie de la liste départementale du PCF pour l’élection régionale de 1992. Exprimant son désaccord sur la mutation du PCF en 1996 après le 29e congrès, elle participa à la création du courant Renaissance Communiste dans les Côtes-d’Armor en 2001 avec Jacques Coignard*, ancien secrétaire de la fédération. Elle est actuellement responsable du PRCF (Pôle pour la renaissance du parti communiste en France) pour la région de Dinan et membre du bureau départemental.

En 1998, elle assuma la présidence de la section dinannaise de LRS (Loisirs et solidarité des retraités) créée par la CGT. En 2009, elle vivait à Yvignac avec son époux Raphaël Nénnot, militaire de carrière, adhérent du PCF en 1976. Raphaël, qui fut secrétaire de la section de Dinan de 1978 à 1997, siégea au comité fédéral de la fédération du PCF des Côtes-d’Armor à partir de 1985, jusqu’à son départ du PCF en 2000.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article73853, notice GICQUEL Christiane [épouse NENNOT] par Alain Prigent, version mise en ligne le 9 septembre 2009, dernière modification le 9 avril 2010.

Par Alain Prigent

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Fichier des membres du comité fédéral de la Fédération des Côtes-du-Nord du PCF établi par Gilles Rivière. — L’Aube Nouvelle. Une semaine dans les Côtes-du-Nord, supplément de l’Humanité Dimanche. — Archives de la FSU 22 (bulletins des sections départementales du SNI et de la FEN). — Alain Prigent (sous la direction de), Des salles de classe aux luttes sociales : Mai-juin 1968 dans les Côtes-du-Nord, Publication FSU-22, 2009, 64 p. — Entretien et contribution écrite en décembre 2008. — Iconographie : photo prise lors du meeting unitaire entre les deux tours des élections législatives dans la circonscription de Dinan en mars 1978 au Clos Gastel à Léhon (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor) qui réunit près de 5000 personnes.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément