LABUSSIÈRE Émile [LABUSSIÈRE Louis, Émile]

Par Justinien Raymond

Né le 2 mai 1853 à Bénévent-l’Abbaye (Creuse), mort à Perpignan (Pyrénées-Orientales) le 21 février 1924 ; entrepreneur de travaux publics, puis fonctionnaire des finances ; militant républicain-socialiste ; maire de Limoges ; député de la Haute-Vienne.

Émile Labussière était le fils d’une couturière et d’un ouvrier maçon qui finit par être à la tête d’une entreprise de maçonnerie. Il hérita de cette dernière et la fit prospérer après avoir poursuivi des études secondaires.
Membre du Cercle démocratique de Limoges fondé en 1878, Labussière fut proposé par ce Cercle comme candidat à l’élection municipale partielle du 13 décembre 1885 et fut élu. Le 20 mai 1888, il était élu adjoint aux travaux publics. L’année suivante, le 2 mai, il devint maire de Limoges à la suite du décès du maire Adrien Tarrade. Il fut réélu le 10 août 1891.

En 1892, des élections faites avec la division de la ville en sections favorisèrent la liste de droite qui eut plus d’élus que la liste Labussière, alors que celle-ci totalisait un plus grand nombre de suffrages. La droite obtint alors la municipalité. Mais l’élection en 1895 de Labussière comme conseiller général de Limoges-Sud amena le maire à démissionner. Le 5 septembre 1895, Labussière était de nouveau maire de Limoges. En cette qualité, il remit, le 1er mai 1896, la Bourse du Travail à la fédération des syndicats de la Haute-Vienne. Le 3 décembre 1899, il fut délégué au congrès d’unité socialiste tenu à Paris, salle Japy, au nom du Cercle démocratique des travailleurs de Limoges et de plusieurs syndicats de la ville : charpentiers, journaliers en porcelaine, terrassiers et manœuvres.
Labussière conserva la municipalité jusqu’en décembre 1905. Cette année-là, les élus socialistes voulant protester contre l’attitude de la police à l’égard des ouvriers, lors des grèves de 1905, et aussi contre le statut de la police qui payée par la commune était en réalité à la disposition du préfet, décidèrent de refuser les crédits qui lui étaient affectés (27 décembre 1905), après que Labussière se fut vu retirer les pouvoirs de police (15 avril 1905). Labussière démissionna. Les élus socialistes auraient pu ne pas démissionner et achever les deux ans de mandat restant à courir, mais, ayant démissionné, ils furent battus.

Labussière avait été élu député de Limoges, 1re circonscription, en 1893 au second tour, grâce au désistement du candidat allemaniste Boudeaud Léonard-Étienne , puis réélu en 1898 et 1902 ; mais il s’était vu reprocher par les élus socialistes sa passivité à la Chambre et, après avoir achevé en 1906 son mandat de conseiller général, il abandonna la vie politique. Il fut nommé trésorier-payeur général à la Réunion le 1er septembre 1906, puis en Cochinchine (1er octobre 1911), à Perpignan enfin en février 1924.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article73939, notice LABUSSIÈRE Émile [LABUSSIÈRE Louis, Émile] par Justinien Raymond, version mise en ligne le 11 septembre 2009, dernière modification le 11 septembre 2009.

Par Justinien Raymond

SOURCES : Arch. Ass. Nat., dossier biographique. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes I, op. cit., pp. 535 à 544.

Version imprimable Signaler un complément