NÉGRO Maxime

Par Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule

Né le 21 février 1884 à Montpellier (Hérault), mort le 16 janvier 1964 à Longjumeau (Seine-et-Oise, Essonne) ; employé de mairie ; militant socialiste puis communiste ; conseiller municipal puis maire de Sainte-Geneviève-des-Bois (Seine-et-Oise, Essonne) de 1935 à 1940 et de 1945 à 1948.

Maxime Négro était le fils de Paule Minck, qui fut amie de Louise Michel, et de Négro Maxime Bernard, un ouvrier mécanicien anarchiste, qui l’avait épousée pour lui éviter l’expulsion hors de France et avait reconnu ses enfants. Ses parents désiraient le baptiser Spartacus Blanqui Révolution, mais le bureau d’état civil s’y opposa. Le tribunal de première instance de Montpellier décida arbitrairement de lui donner le prénom de son père. L’admiration que Maxime Négro vouait à sa mère le fit adhérer en 1904 au Parti socialiste. Il connut le bagne de Biribi puis devint chef des services de comptabilité des Usines du Rhône. Après le congrès de Tours (décembre 1920), il rejoignit le Parti communiste. Il était alors employé à la mairie de Vitry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne).

Il fut élu en mai 1935 conseiller municipal de Sainte-Geneviève-des-Bois (Seine-et-Oise). Déchu de son mandat par le conseil de préfecture, il fut interné administrativement au camp de Pithiviers puis à celui de Voves (Eure-et-Loir) jusqu’en août 1944. Sa femme, Marie-Jeanne Thouet qu’il épousa en 1918, avait été également arrêtée en novembre 1942 et internée à Gaillon puis à Poitiers.

À la Libération, il devint maire de Sainte-Geneviève-des-Bois (1945-1948). Il fut également caissier-comptable au siège du comité central du PCF après avoir été, à la Libération, comptable du Front national.
Un gymnase de Sainte-Geneviève-des-Bois porte son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article73950, notice NÉGRO Maxime par Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule, version mise en ligne le 12 septembre 2009, dernière modification le 4 janvier 2022.

Par Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule

SOURCES : Arch. Dép. Seine-et-Oise, 2 M 30/56, 1 W 143, 1 W 1024. — Bulletin d’informations municipales de Sainte-Geneviève-des-Bois, n° 11, février 1964. — Renseignements communiqués par la mairie de Sainte-Geneviève-des-Bois. — Notes de Pierre Nourissier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément