PORTIER Paule, Eugénie, Marguerite [née CARPENTIER]

Par Daniel Grason

Née le 14 février 1901 à Ivry (Seine, Val-de-Marne), morte le 18 janvier 1981 à Perpignan (Pyrénées-Orientales) ; militante du Comité mondial des femmes contre la guerre et le fascisme de Villeneuve-le-Roi (Seine-et-Oise, Val-de-Marne). ; déportée à Ravensbrück (Allemagne).

Fille d’un tourneur mécanicien et d’une couturière, Paule Portier fut la première épouse de Lucien Portier. Paule Portier vivait 12 rue Lazare Carnot à Clamart (Seine, Hauts-de-Seine). Interpellée le 27 novembre 1941 par des inspecteurs de la Brigade spéciale 1 des Renseignements généraux, elle reconnaissait être la responsable politique de l’ensemble de la Région parisienne des départements de la Seine et Seine-et-Oise, du Comité Mondial des Femmes contre la guerre et le fascisme (CMF).
Lors de son interpellation, elle présenta des papiers d’identité au nom de “Colette Pasquier” domicilié 12 avenue Ledru-Rollin à Paris (XIIe arr.). Fouillée, elle portait sur elle : des cartes d’alimentation et de vêtements ; des reçus avec des dates, délivrés ou remis par des responsables de l’organisation clandestine ; et divers écrits manuscrits qui concernaient son activité politique.
Incarcérée, elle comparaissait le 1er mai 1942 devant la Section spéciale de la Cour d’Appel de Paris en compagnie de Nathalie Mettendorff et Germaine De Jonckheere impliquées dans la même affaire. Elle a été condamnée à vingt ans de travaux forcés.
Elle fut déportée sous son nom de jeune fille Charpentier Paule matricule 39082 dans le convoi de 552 femmes à destination de Ravensbrück en Allemagne où étaient notamment Georgette Cadras, Suzanne Cagé, Mouette Dutilleul, Marcelle Galli, Henriette Kermann, Jeanne Klugeaite, [Eugénie Le Berre et Geneviève Leider.
En 1946, des policiers allèrent au domicile de Paule Portier, ils s’adressèrent à la concierge de l’immeuble, celle-ci déclara : « Monsieur Portier a déménagé depuis quelques jours sans laisser sa nouvelle adresse ».
Paule Portier était en 1947 sur la liste « d’Union républicaine et résistante et de défense des intérêts communaux ».
Elle mourut le 18 janvier 1981 à Perpignan (Pyrénées-Orientales).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article74045, notice PORTIER Paule, Eugénie, Marguerite [née CARPENTIER] par Daniel Grason, version mise en ligne le 14 mars 2022, dernière modification le 22 novembre 2022.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. 89, GB 28, BA 2056, 77 W 3116-308505. – Arch. Com. Clamart. – Notes d’Eric Belouet. – Livre-Mémorial, FMD, Éd. Tirésias, 2004.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément