POURCHASSE Henri, Maurice

Par Michèle Rault

Né le 16 octobre 1907 à Paris (XIIIe arr.), fusillé comme otage le 22 octobre 1941 à Châteaubriant (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) ; métallurgiste, ouvrier communal à Paris ; militant communiste ; syndicaliste CGT d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne).

Henri Pourchasse
Henri Pourchasse

Fils d’un menuisier et d’une couturière, Henri Pourchasse exerça différents métiers : ébéniste, emballeur et chauffeur. Il habita Paris puis Vitry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne), avant de s’installer en 1938 aux HBM Marat à Ivry-sur-Seine. Métallurgiste, secrétaire adjoint du syndicat de la section technique des machines à la Ville de Paris, il était également secrétaire de la cellule communiste de l’usine des Eaux. Il était membre du bureau de section d’Ivry.
Il fut arrêté à la fin août 1939 et condamné à trois mois de prison, puis fut mobilisé jusqu’en juillet 1940. Le 20 juin 1941, il fut à nouveau arrêté pour reconstitution illégale d’un syndicat CGT sur son lieu de travail, la Compagnie des eaux. Il fut incarcéré à la Santé (Paris, XIVe arr.) et envoyé le 21 janvier 1941 à la prison de Clairvaux et le 15 juin 1941, au camp de Châteaubriant. Il fit partie des vingt-sept otages fusillés à Châteaubriant.
Son épouse, née Louise Sommier, fut nommée conseillère municipale d’Ivry le 10 octobre 1944 par le Comité local de Libération. Elle représentait l’Union des femmes françaises.
La municipalité d’Ivry a donné le nom d’Henri Pourchasse à un de ses quais.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article74047, notice POURCHASSE Henri, Maurice par Michèle Rault, version mise en ligne le 15 septembre 2009, dernière modification le 24 février 2017.

Par Michèle Rault

Henri Pourchasse
Henri Pourchasse
Plaque sur le site de Châteaubriant
Plaque sur le site de Châteaubriant
Inscription dans la cabane avant leur départ pour être fusillé
Inscription dans la cabane avant leur départ pour être fusillé
"Pourchasse. Vive la Parti communiste qui fera la France libre forte et Heureuse"

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII, dossier 2 (Notes Thomas Pouty). – Arch. com. Ivry-sur-Seine. – Lettres des fusillés de Châteaubriant, Amicale des anciens internés patriotes de Châteaubriant-Voves, 1954 [Iconographie]. – Fernand Grenier, Ceux de Châteaubriant, Éd. Sociales, 1967 [Iconographie]. – J.-M. Berlière, F. Liaigre, Le Sang des communistes, op. cit.. — Note de Dominique Fey.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément