BÉHAGUE Thérèse [BÉHAGUE Marie-Thérèse, Zoé, Julienne, dite Thérèse, épouse PRIGENT]

Par Éric Belouet, André Caudron

Née le 6 février 1912 à Roubaix (Nord), morte le 1er octobre 1989 à Paris (XIVe arr.) ; piqûrière ; militante jociste, permanente de la JOCF (1931-1938) ; militante de la LOC puis du MPF.

Thérèse Béhague avait une sœur et un frère. Son père, Adrien Béhague, employé de commerce, étant mort en 1914, elle fut élevée par sa mère, Héléna née Desobry, ourdisseuse dans le textile qui avait appartenu au premier syndicat chrétien et au Sillon. Thérèse Béhague fréquenta le patronage. Après avoir obtenu le certificat d’études primaires en 1924, elle entra comme apprentie piqûrière dans une usine de Tourcoing.

Elle découvrit la Jeunesse ouvrière chrétienne féminine (JOCF) dès 1929, adhéra à la section de Croix (Nord) et devint rapidement présidente de la fédération de Roubaix-Tourcoing. Promue permanente régionale en 1931 avec la responsabilité des départements du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme, avec parfois extension aux villes d’Épernay et Charleville (Marne), elle assuma cette fonction jusqu’en 1938.

Elle se maria le 14 janvier 1938 à Roubaix avec Robert Prigent, militant jociste, futur ministre de la Santé et président du Secours catholique, et quatre enfants naquirent de cette union. Le couple adhéra à la Ligue ouvrière chrétienne (LOC) qui prit en 1941 le nom de Mouvement populaire des familles (MPF). Thérèse Béhague-Prigent constitua à Cachan (Seine, Val-de-Marne) une section de la LOC et organisa, avec le concours de la Jeunesse agricole catholique (JAC), des vacances d’enfants à la campagne. Elle adhéra au Mouvement républicain populaire après la Libération. Elle fut en outre membre du comité diocésain du Secours catholique et s’occupa de catéchèse.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article74055, notice BÉHAGUE Thérèse [BÉHAGUE Marie-Thérèse, Zoé, Julienne, dite Thérèse, épouse PRIGENT] par Éric Belouet, André Caudron, version mise en ligne le 15 septembre 2009, dernière modification le 18 novembre 2021.

Par Éric Belouet, André Caudron

SOURCES : Arch. privées J. Aubert-Picard (témoignage de Thérèse Béhague). — Léon-Noël Berthe, JOC je te dois tout, Paris, Éditions ouvrières, 1980, p. 38-45 (Thérèse Béhague figure dans cet ouvrage sous le pseudonyme d’Héléna). — André Caudron, Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Paris, Beauchesne, t. 4 : Lille-Flandres, 1990, p. 401. — Jeanne Aubert, JOC qu’as-tu fait de nos vies ?, Paris, Éditions ouvrières, 1990, p. 455. — Notice DBMOF. — État civil de Roubaix. — Site Match ID, Acte n°2404 N, Source INSEE : fichier 1989, ligne n°262837. — Notes de Renaud Poulain-Argiolas.

ICONOGRAPHIE : P. Pierrard, Georges Guérin, une vie pour la JOC, Éditions de l’Atelier, 1997, p. 144.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément