PERRIN Denis

Par Odette Hardy-Hémery

Né le 8 juillet 1924 à Billy-Montigny (Pas-de-Calais) ou à Valenciennes (Nord), fusillé après condamnation à mort le 28 août 1944 à Valenciennes ; cheminot ou électricien au dépôt SNCF de Valenciennes ; résistant au sein des FTPF et des Forces françaises combattantes (FFC), plan Tortue.

Les Perrin étaient une famille de cheminots demeurant à la cité-jardin construite à Valenciennes par la Compagnie du chemin de fer du Nord dans les années 1920. Le couple avait trois fils : l’aîné, Émile, le deuxième, Daniel, et Denis, le cadet, électricien au dépôt SNCF de Valenciennes. Tous, ainsi que la mère, s’engagèrent dans les Francs-tireurs et partisans (FTP) en mai 1943 et participèrent aux opérations du réseau Résistance-Fer. Aucun n’appartenait à un parti politique. Membre comme son père (et probablement ses frères) des Forces françaises combattantes, Denis Perrin faisait également partie depuis septembre 1943 d’une équipe du réseau Mission Action chargé localement de l’exécution du plan Tortue, destiné à aider les Alliés lors de leur débarquement.
La maison des Perrin devint un refuge pour les illégaux ; beaucoup d’armes furent enterrées dans les dépendances et cachées dans le mobilier. Le 24 août 1944, la demeure fut cernée par la Gestapo. Louis Perrin, le père, et les deux derniers fils, Daniel et Denis, furent emmenés. Seul l’aîné, Émile, illégal et absent, échappa à la rafle. Daniel, déporté le 1er septembre aux camps d’Orianenbourg puis de Dachau, décéda à son retour à l’hôpital de Vesoul le 17 juin 1945.
D’autres membres du groupe furent également arrêtés, à la suite de la saisie d’armes dans un dépôt constitué à Bruay : Jean Krupa, François Bacquet, Arthur, Léon et Clémence Farineau, et César Persiaux. Internés à Valenciennes, ils furent déférés devant le tribunal militaire allemand de la ville, rue Pater (selon un rapport des Renseignements généraux). Ils furent condamnés à mort et exécutés par un peloton allemand au champ de tir du Rôleur, à l’est de Valenciennes. Vingt et un civils furent fusillés le même jour en cet endroit.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article7407, notice PERRIN Denis par Odette Hardy-Hémery, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 23 novembre 2018.

Par Odette Hardy-Hémery

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Notre lycée, 1939-1945. Historique et témoignages sur le lycée de Valenciennes transformé en Kommandantur, Valenciennes, 1980. – J.-M. Fossier, Zone interdite, op. cit. – Monument du Rôleur (Valenciennes). – Notes Frédéric Stévenot.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément