RIAND Georges, Lucien

Par Claude Pennetier

Né le 3 août 1902 à Paris (XXe arr.), mort le 2 février 1978 à Créteil (Val-de-Marne) ; manœuvre, ouvrier en articles de pêche ; militant communiste de Fontenay-sous-Bois (Seine, Val-de-Marne).

Georges Riand en 1937
Georges Riand en 1937

Fils d’un couvreur plombier et d’une mécanicienne, Georges Riand exerça plusieurs métiers, ouvrier en articles de pêche à partir de douze ans et demi, manœuvre, employé et courtier receveur. Il vécut un temps aux États-Unis et revint en décembre 1923.

Il se maria le 14 février 1925 à Paris( XXe arr.) avec Marcelle Battendorg et se remaria, le 2 août 1960 à Alfortville, avec Christine Theil.

Son activité syndicale à la Compagnie du caoutchouc manufacturé (Paris) où il travailla de 1925 à 1930, le mit en relation avec Raymond Meunier, futur secrétaire de la région communiste Paris-Ouest, en 1930 : « c’est lui qui m’ouvrit les yeux sur les questions sociales ». Renvoyé, il travailla comme secrétaire à la maison Ghiso (décorateur), puis comme employé à la Protection mutuelle des chemins de fer. Après une longue période de chômage, il devint courtier receveur à l’Union commerciale de crédit à Montreuil-sous-Bois (Seine, Seine-Saint-Denis). « En mars 1936, la commission des cadres me demanda de travailler au Negro worker où je suis encore aujourd’hui » (autobiographie de 1938).

Membre du Parti communiste depuis juillet-août 1935, il fut délégué à la conférence régionale Paris-Est les 11 et 12 janvier 1936. Il assura le secrétariat de la section communiste de Fontenay-sous-Bois en 1938. Gros lecteur, il citait dans son autobiographie, outre les œuvres de Lénine, de Karl Marx, de Friedrich Engels, Louis Blanc, Anatole France, Georges Courteline, Émile Zola, Molière et Henri Barbusse.

Il fut secrétaire du groupe parlementaire communiste à la Chambre des députés puis du groupe ouvrier et paysans français avant de passer dans la clandestinité. La police le recherchait pendant l’Occupation.

Marié avec Mathilde Margat, sténo-dactylo , secrétaire, en 1938, du Comité des femmes contre la guerre et le fascisme de Fontenay-sous-Bois. Communiste, elle fut secrétaire de Jacques Duclos.

Sa biographie de février 1936 fut évaluée positivement par la commission des cadre qui ajouta le formule "Colin pour administration". Il s’agit de toute évidence de René Colin qui travaillait avec Maurice Tréand et la commission des cadres.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article74092, notice RIAND Georges, Lucien par Claude Pennetier, version mise en ligne le 16 septembre 2009, dernière modification le 22 novembre 2022.

Par Claude Pennetier

Georges Riand en 1937
Georges Riand en 1937
Georges Riand (sans date)
Georges Riand (sans date)

SOURCES : RGASPI, Moscou, 495 270 4291, autobiographies, 12 février 1936, Fontenay-sous-Bois le 14 mars 1938, classé A. — État civil de Paris XXe arr.
.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément