SOUDANT Robert. Pseudonyme : BÉRANDE

Par Claude Pennetier

Né le 28 juin 1899 à Fauquembergues (Pas-de-Calais), mort le 21 mars 1990 à Helfaut (Pas-de-Calais) ; instituteur dans le Pas-de-Calais, la Seine-et-Oise, la Seine (Vitry-sur-Seine, Seine, Val-de-Marne) ; militant communiste, puis socialiste, de tendance anarchiste ; résistant ; conseiller municipal dans le Pas-de-Calais (1959-1983).

Robert Soudant
Robert Soudant

Fils d’un tailleur et gérant de commerce d’habillement, petit fils d’un boucher, Robert Soudant fut élevé dans un milieu socialiste et laïque mais son « adolescence avait été nourrie de la philosophie de Kropotkine et Reclus ». Élève à l’École normale d’Arras, il se maria en juillet 1920 avec une ouvrière. Il était au service militaire depuis mars 1920.

Membre du Parti socialiste dès janvier 1920, Robert Soudant adhéra au Parti communiste après le congrès de Tours. Instituteur à Biache-Saint-Vaast, il fut quelques années plus tard secrétaire du rayon communiste d’Arras, puis, après son installation dans la région parisienne, secrétaire du rayon de Juvisy (Seine-et-Oise). Dans cette fonction, il fut vivement attaqué par Roméo Becquet* et accusé d’être un "policier". En fait c’est Becquet qui fut démasqué comme policier de profession au vu du métier déclaré sur le registre des propriétaires de terrains dans les lotissements de Savigny. Cet épisode contribua sans doute à la prise de distance de Robert Soudant.

Condamné à deux mois de prison avec sursis pour « provocation de militaires à la désobéissance », Robert Soudant fut désavoué par la direction régionale et exclu en 1927 pour "indélicatesse", argument employé régulièrement pour discréditer les militants en désaccord. Devenu secrétaire de la section syndicale CGT de la société mutuelle d’assurances « La Mutuelle Richelieu » à partir de 1928, il rejoignit le Parti socialiste SFIO vers 1929. Sa femme travaillait alors comme ouvrière à la Compagnie des lampes à Ivry-sur-Seine. Lui-même militait à Vitry-sur-Seine où il assura le secrétariat de la section socialiste.

Revenu s’installer à Fauquembergues (Pas-de-Calais), Robert Soudant y créa la section socialiste et, pendant l’Occupation, participa au réseau de résistance OCM. Les électeurs de Saint-Martin d’Hardinghem en firent un de leurs conseillers municipaux de 1959 à 1983. Avec sa femme, il avait pris une activité de maraîcher. Il fut membre de la commission agricole de la fédération du Pas-de-Calais du Parti socialiste SFIO.

Militant de la Fédération espérantiste ouvrière puis du SAT et du SAT-Amikaro, Robert Soudant fut un ardent militant jusqu’à sa quatre-vingt-dizième année, mêlant ses engagements socialistes à une sensibilité libertaire. Il était doté d’un solide humour et d’un goût pour la versification.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article74274, notice SOUDANT Robert. Pseudonyme : BÉRANDE par Claude Pennetier, version mise en ligne le 23 septembre 2009, dernière modification le 22 novembre 2022.

Par Claude Pennetier

Robert Soudant
Robert Soudant
Robert Soudant et sa fille, Yvette, en 1938, à Vitry-sur-Seine
Robert Soudant et sa fille, Yvette, en 1938, à Vitry-sur-Seine
Communiqué par Yves Lalin

SOURCES : Arch. Dép. Seine-et-Oise, 2 M 16/6, 30/8, 4 M 2/63 et 66. — Lettres de Robert Soudant. — Renseignements communiqués par sa famille (Yves Lalin). — Arch. André Marty, CHS, dossier des Listes noires, liste de 1931.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément