GARNIER Marius, Jules, Marguerite

Né le 7 janvier 1885 à Saint-Étienne (Loire), mort le 6 novembre 1948 à Maisons-Alfort (Seine, Val-de-Marne) ; instituteur ; membre de l’ARAC, conseiller municipal communiste de Maisons-Alfort (Seine, Val-de-Marne) de 1945 à 1948.

Marius Garnier fut légitimé le 3 mars 1887 par le mariage de Marius, Joseph Garnier, deuxième maître armurier de la marine et de Bénédicte Delouche, ménagère, à Toulon (Var).

Domicilié à Saint-Ouen (Seine, Seine-Saint-Denis), il était instituteur dans cette ville depuis 1911. Il avait milité « dans les organisations révolutionnaires pendant plusieurs années » avant la scission de Tours (décembre 1920). Marius Garnier assura le secrétariat de la section communiste de Saint-Ouen en 1921 et 1922. Émile Cordon lui succéda le 14 octobre 1922 et entraîna la majorité de la section au Parti communiste unitaire, qui devint très vite l’Union socialiste communiste. Marius Garnier ne semble pas avoir suivi Émile Cordon. Selon un rapport de police de juin 1927, « depuis cette époque, il paraît avoir cessé toute participation dans ces groupements, néanmoins, ses opinions politiques restent toujours orientées vers les partis extrémistes ». Il était membre de l’Association républicaine des anciens combattants (ARAC).
Directeur d’école à la retraite, Marius Garnier fut élu conseiller municipal de Maisons-Alfort le 13 mai 1945, sous l’étiquette de l’ARAC. Il fut réélu le 19 octobre 1947 comme communiste, mais cessa ses fonctions en novembre 1948 en raison de son état de santé. Durant ses mandats, la première magistrature municipale fut occupée successivement par le communiste André Saulnier, Jean Maupas (Rassemblement du peuple français, RPF) puis Arthur Hevette (RPF).

Il se maria à Collobrières (Var), le 8 janvier 1908, avec Jeanne Mossler. Le couple eut une fille.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article74463, notice GARNIER Marius, Jules, Marguerite, version mise en ligne le 16 octobre 2009, dernière modification le 22 novembre 2022.

SOURCES : Arch. PPo. 50, juin 1927. — Arch. Com. Saint-Ouen. — Arch. Dép. Val-de-Marne, 1 Mi 2426. — Arch. Com. Maisons-Alfort. — État civil de Saint-Etienne. — Notes d’Emmanuel Hagen.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément