DESVILLETTES René, Émile

Par Claude Pennetier

Né le 6 septembre 1912 à Alfortville (Seine, Val-de-Marne), mort le 31 juillet 1950 à Champigny-sur-Marne (Seine, Val-de-Marne) ; agent technique et électricien ; militant communiste ; maire de Champigny-sur-Marne de 1947 à 1950.

Médaillon de gauche : René Desvillettes
Médaillon de gauche : René Desvillettes

Fils d’un maçon et d’une blanchisseuse, René Desvillettes se maria le 31 décembre 1932 à Alfortville avec Jeanne Marie Blondela, couturière domiciliée comme lui dans cette ville, originaire de Nancy. Il était alors électricien.

Dans les années 1930, René Desvillettes aurait été secrétaire de la section communiste de Champigny-sur-Marne. Il travaillait à Est-Lumière, chargé des compteurs et de contrôler les fraudes. Pendant l’Occupation, il fut en contact avec le groupe « Libération » et participa à la Résistance.

Le 19 janvier 1945, il fut membre du jury du procès de Robert Brasillach qui déboucha sur la condamnation à mort de l’écrivain. René Desvillettes siégea à la délégation spéciale installée à tête de la municipalité de Champigny-sur-Marne le 15 octobre 1944, par arrêté préfectoral. Le secrétariat du PCF du 9 novembre 1948 ratifia sa candidature pour l’école des élus municipaux.

Élu conseiller municipal communiste le 29 avril 1945 en 23e position sur 27, il devint premier adjoint le 10 mai. Réélu conseiller le 19 octobre 1947, Desvillettes succéda à Jean Merlane* aux fonctions de maire une semaine plus tard et le resta jusqu’à sa mort tragique le 31 juillet 1950.

Décrit par un de ses amis, André Mauny comme ambitieux (« je veux être député »), il était aussi présenté comme un séducteur. Il fut abattu dans la rue par un mari jaloux. Son assassin, Jean Laffargue, militant communiste, mari d’Yvonne Laffargue, maire adjointe, vit son acte qualifié de crime passionnel. Il fut condamné à 5 ans de prison avec sursis.

Une salle municipale de Champigny porte son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article74488, notice DESVILLETTES René, Émile par Claude Pennetier, version mise en ligne le 6 octobre 2009, dernière modification le 21 février 2017.

Par Claude Pennetier

Médaillon de gauche : René Desvillettes
Médaillon de gauche : René Desvillettes

SOURCES : Arch. Dép. Val-de-Marne, 1 Mi 2426. — Le Parisien libéré, 1950. — G. Blanc-Césan, Les maires du Val-de-Marne, 1988. — Jean Morlet, Champigny hier, aujourd’hui, Temps actuels, Paris, 1981. — Notes de Paul Boulland. — Alex Bancel, article dans Le Parisien libéré, 24 juillet 1951. — Alice Kaplan, Intelligence avec l’ennemi (le procès Brassilach), Ed. Gallimard, 2001. — Le Parisien libéré. — Pas de dossier au RGASPI. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément