BENOIT Alphonse

Par Nadia Ténine-Michel

Né le 30 novembre 1888 à Tourcoing (Nord), mort le 5 novembre 1942 à Auschwitz ; cheminot communiste ; responsable communiste de Gagny (Seine-et-Oise, Seine-Saint-Denis).

Fils d’un fileur, Alphonse Benoit se maria en septembre 1919, à Gagny (Seine-et-Oise devenue Seine-Saint-Denis) où il résidait, avec Marie Acker. Il était en 1923 secrétaire du sous- rayon communiste de Gagny et fut candidat aux élections municipales de 1925 et 1929 à Gagny. Il obtint chaque fois 25 % des suffrages exprimés. En 1935, il fut élu premier adjoint du maire communiste Émile Cossonneau*, la liste communiste l’ayant emporté au deuxième tour après fusion avec celle des socialistes et radicaux.
Déchu en 1940, il se montra au début de l’occupation le militant le plus actif et populaire de Gagny. Après son internement au camp d’Aincourt (Seine-et-Oise, Val d’Oise), le 21 octobre 1940, la propagande communiste cessa localement. Durant son internement, il manifesta sa fidélité au PCF lors d’incidents avec ceux qui avaient rompu et fut remis aux occupants, le 27 juin 1941, au camp de Compiègne (Oise), d’où il fut déporté à Auschwitz.
En 1944, sa femme était membre du comité local de Libération de Gagny et fut élue conseillère municipale en 1945 sur la liste communiste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article746, notice BENOIT Alphonse par Nadia Ténine-Michel, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 1er septembre 2021.

Par Nadia Ténine-Michel

SOURCES : Arch. Dép. ancienne Seine-et-Oise et Yvelines : 2 M 30/52, 30/63, 4 M 2/68, 1 W 71, 90, 221, 372 et 10061. — Arch. Dép. Seine-Saint-Denis : 2 M 93/1205. — État civil de Tourcoing

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément