HERMET Paul

Par Daniel Grason

Né le 25 octobre 1907 à Choisy-le-Roi (Seine, Val-de-Marne), mort le 30 septembre 1963 à Thiais (Seine, Val-de-Marne) ; maçon ; communiste ; résistant ; déporté.

Paul Hermet était le fils d’un maçon et d’une cuisinière, il épousa le 21 janvier 1928 à Choisy-le-Roi Charlotte Rotisseau. Le couple eut deux enfants âgés de cinq et dix ans en 1942. Paul Hermet et sa famille vivait 14 avenue d’Ormesson à Thiais (Seine, Val-de-Marne). Maçon, il exerçait son métier à son compte sans être inscrit au registre du commerce.
Mobilisé le 14 septembre 1939 au 220ème Régiment de travailleurs, il a été libéré le 29 août 1940. Démobilisé, il fut contacté par un militant nommé Benoit, maçon comme lui pour reprendre de l’activité. Il accepta, rencontra un militant clandestin à la Porte de Choisy, puis huit jours plus tard à la Porte d’Asnières. Après discussion, Paul Hermet accepta de participer à l’édition et à la diffusion de la propagande clandestine dans les limites de ses possibilités. Il continua à exercer son métier de maçon, ce qui limitait ses disponibilités pour le travail clandestin. Il assurait néanmoins les liaisons entre les différents responsables de la Seine-et-Marne.
Il a été interpellé le 14 septembre 1942 à 11 heures par deux inspecteurs de la BS1 des Renseignements généraux. Son interpellation était consécutive à la chute de Célerier et de la découverte par la police d’un dépôt de tracts du Parti communiste clandestin au 125, rue de Tocqueville dans le XVIIe arrondissement.
Fouillé, il n’était porteur ni d’arme ni de document, mais de la clef du local. Il était connu des Renseignements généraux qui sur la demande de l’Autorité militaire avait effectué une enquête sur lui. Paul Hermet était connu comme sympathisant communiste (rapport du 10 septembre 1939).
Lors de la perquisition du local les policiers saisissaient des tracts et des brochures : « Parisiens » imprimés en bleu et rouge (10 000) ; « 20 septembre 1792 – 150ème anniversaire de Valmy » (2.000) ; « Die SS Unzer Seind » (500) ; « Bulletin d’information n° 37 du 20 août 1942 » (500) ; trois stencils « Tous debout contre les 52… » ; «  20 septembre 1792 – Août, septembre » ; « Français attention Laval prépare la mobilisation » ; Instruction n° 55 à en-tête du Ministère de la guerre (20) ; et une ronéo de marque S.A.M. N° 255.
Un exemplaire de chaque tract a été joint au rapport, le reste a été envoyé au pilon.
Son domicile a été perquisitionné, furent saisis une copie manuscrite d’une feuille de démobilisation, et des documents comptable de matériel de propagande concernant la Seine-et-Marne qui étaient dissimulés sous le cuir d’une chaise.
Paul Hermet a été envoyé par les deux inspecteurs de la BS1 au commissariat du quartier des Quinze-Vingt chargé de l’enquête. Une confrontation eut lieu avec Sauciat dit « Petit Père », « Célerier alias Alfred » et « Le Pen alias Prosper ».
Le 5 juin 1943 Marcel Le Pen, Auguste Célerier, Maurice Villain, Georges Munier, Eugène Sauciat, Henriette Ratti et Paul Hermet comparaissaient devant la Section spéciale de la Cour d’Appel de Paris. Il a été condamné à dix-huit mois de prison et 1.200 francs d’amende. Il a été incarcéré dans différents lieux de détention.
La grève des cheminots parisiens retarda le départ vers Buchenwald pour les hommes et Ravensbrück pour les femmes de 24 heures. Les installations de la gare de l’Est ayant été détruites par la Résistance dans la nuit du 12 au 13, le convoi de 1.654 hommes partit le 15 août 1944, de la gare de Pantin.
Plus de la moitié des hommes moururent, Paul Hermet matricule 78249 à Buchenwald, a été envoyé au camp de Dora, puis à Schönebeck, un kommando de travail situé à 20 kilomètres au sud de Magdeburg. Les déportés travaillaient pour la firme Junkers à la fabrication de pièces d’avion. Près de 1.200 prisonniers y travaillaient en 1945.
Matricule 78240, Paul Hermet fut rapatrié, il mourut le 30 septembre 1963 à l’âge de cinquante-six ans à Thiais (Seine, Val-de-Marne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article74697, notice HERMET Paul par Daniel Grason, version mise en ligne le 13 février 2021, dernière modification le 14 février 2021.

Par Daniel Grason

SOURCES  : Arch. PPo. 77 W 1778-112614 (Dossier Faterman), BA 1928, BA 2056. – Bureau Résistance GR 16 P 291619 25/10/1907 (non homologué). – Notes de Jean-Pierre Besse. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément