GROSEILLER Alphonse

Par Michèle Rault, Nathalie Viet-Depaule

Né le 11 avril 1887 à Sancoins (Cher), mort le 16 octobre 1941 à Bry-sur-Marne (Seine-et-Oise, Val-de-Marne) ; menuisier ; conseiller municipal communiste d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne) de 1919 à 1925.

Fils d’un journalier, Alphonse Groseiller vint s’établir à Ivry-sur-Seine avant la Première Guerre mondiale. Il s’était marié dans sa ville natale le 3 juillet 1909 avec Rose Pénet, tricoteuse. Menuisier, il travailla d’abord chez plusieurs petits patrons parisiens puis à la Compagnie du matériel de chemin de fer et à la CAM, deux usines ivryennes importantes. En 1919, il se mit à son compte, rue Spinoza, forma des apprentis et eut deux à trois ouvriers.

Alphonse Groseiller fut candidat socialiste sur la liste d’Armand Darreau* aux élections municipales du 30 novembre 1919. Il fut élu, en 6e position sur 10, le 7 décembre. Il fit partie des dix conseillers SFIO, élus dans la seconde section, qui formaient le tiers du conseil composé par ailleurs de radicaux et de membres du Parti socialiste français. Militant du Parti socialiste avant le congrès de Tours, Alphonse Groseiller se prononça en faveur de la IIIe Internationale.

Très assidu aux séances du conseil municipal, il participa aux commissions des Travaux, des Fêtes et de l’École d’apprentissage. Il fut également délégué sénatorial. Il démissionna de son mandat avec François Cazalot, Auguste Jandot, Félix Guéret et Edme Guilloux le 30 mars 1922 pour protester contre la révocation d’Alfred Jouatte, un militant communiste, employé à la mairie. Il retrouva son siège lors des élections complémentaires du 23 avril 1922.

Alphonse Groseiller ne se représenta pas aux élections de 1925. Il vécut cependant encore à Ivry-sur-Seine jusqu’en 1941. Très malade, il se retira chez sa fille à Bry-sur-Marne où il mourut.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article74720, notice GROSEILLER Alphonse par Michèle Rault, Nathalie Viet-Depaule, version mise en ligne le 12 octobre 2009, dernière modification le 22 novembre 2022.

Par Michèle Rault, Nathalie Viet-Depaule

SOURCES : Arch. Com. Ivry-sur-Seine. − Bernard Chambaz, L’implantation du Parti communiste français à Ivry pendant l’entre-deux-guerres, Mémoire de Maîtrise, Paris I, 1971. − Nathalie Viet-Depaule, Du côté d’Ivry-sur-Seine. Des conseillers municipaux aux habitants, CEMS, 1984. − Témoignage de Madame Roger Giloire, sa fille, 1987.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément