GROSMÉNIL Marcel, Hippolyte

Par Claude Pennetier

Né le 13 juillet 1901 à Paris (XIVe arr.), mort en déportation en avril 1945 ; ouvrier tourneur ; militant communiste ; conseiller municipal de Villejuif (Seine, Val-de-Marne) de 1935 à 1940.

Marcel Grosmenil
Marcel Grosmenil
Cliche communiqué par l’Institut CGT d’histoire sociale de la Snecma.

Fils d’Hippolyte Grosmenil et Julienne Fruit, Marcel Grosménil obtint son certificat d’études et fit trois années d’apprentissage avant un service militaire dans la cavalerie à Provins. Ouvrier tourneur, il avait épousé, le 31 octobre 1925, Marie, Mathurine Cadoret au Kremlin-Bicêtre. Le couple eut un fils, Bernard. La famille habitait 10, rue de Gentilly à Villejuif où sa femme tenait un commerce.
Tourneur chez Hispano-Suiza à Paris XIVe, il intégra la Société des moteurs Gnome et Rhône en juillet 1935.
À Villejuif, il y dirigeait le comité du Sou du Soldat, en 1933. Il fut élu conseiller municipal communiste, en mai 1935, sur la liste dirigée par Paul Vaillant-Couturier. Le conseil de la préfecture le déchut de son mandat le 29 février 1940, pour appartenance au Parti communiste.
Signalé par son employeur comme en "exode" au 30 juin 1940, il fut réembauché le 23 avril 1941.

Arrêté avec son ami Raymond Pezart alors qu’il allait rejoindre les FFL en Algérie, en mars 1943, il fut emprisonné à Bordeaux (Gironde), interné à Compiègne (Oise) puis déporté en Allemagne, au camp d’Orianenburg, à Sachsenhausen, où il mourut dans le courant d’avril 1945 (transcrit le 9 août 1948).
Il fut reconnu Mort pour la France le 14 décembre 1948 et obtint le mention Mort en déportation le 9 avril 1994.
Son nom figure sur le monument au mort de Villejuif et une rue de celle ville porte son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article74749, notice GROSMÉNIL Marcel, Hippolyte par Claude Pennetier, version mise en ligne le 13 octobre 2009, dernière modification le 19 octobre 2020.

Par Claude Pennetier

Marcel Grosmenil
Marcel Grosmenil
Cliche communiqué par l’Institut CGT d’histoire sociale de la Snecma.

SOURCES : Arch. Paris, DM3, versement 10451/76/1. — Arch. Com. Villejuif. — S. Roujeau, L’implantation du Parti communiste français à Villejuif pendant l’entre-deux-guerres, mémoire de maîtrise, 1973. — Renseignements communiqués par l’Institut CGT d’histoire sociale de la Snecma. — État civil, Ville de Paris, XIVe arr.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément